Elisaveta Blumina : Works For Piano And Orchestra


CHRISTOPHE COLOMB EN RUSSIE

Pochette de Works For Piano And Orchestra par Elisaveta BluminaEn 1492, après avoir soumis à plusieurs reprises, et en vain, son projet de trouver une route qui permette de rejoindre les Indes par l’Ouest, Christophe Colomb gagne enfin à sa cause le duc de Medina Celi et Juan Pérez, confesseur de la reine Isabelle de Castille. Il n’arrive jamais aux Indes mais découvre le monde de Mickey.

 

Héritier de l’esprit des grands explorateurs du XVe siècle, j’étais à la recherche d’enregistrements inédits de Giya Kancheli et Valentin Silvestrov. Et je trouvai Galina Ustvolkaya. Compositrice russe, née à Petrograd en 1919, elle a traversé toute l’histoire de la Russie jusqu’à sa mort en 2006. Elle est bien née à Petrograd mais, quand elle fut en âge d’être scolarisée, sa ville s’appelait Leningrad. Quand elle y est morte, elle s’appelait Saint-Petersbourg. C’est dire la stabilité de l’époque qu’elle a traversée.

Sur cet enregistrement, la pianiste Elisaveta Blumina, avec le Stuttgart Chamber Orchestra dirigé par Thomas Sanderling, sert admirablement son Concerto Pour Piano, Orchestre à Cordes Et Timbales, composé en 1946. De grands écarts de dynamique traversent toute l’œuvre et l’on comprend bien le surnom de « Lady with the Hammer » que lui avait donné le musicologue Elmer Schönberger : la dame a un réel talent pour enfoncer le clou, notamment dans la partie finale, où se répète obstinément le même motif, sans raison apparente. Bref, une belle découverte. Mais avoir découvert l’Amérique n’enlève rien aux Indes. Et les Quatre Postludes de Valentin Silvestrov et Sio pour orchestre à cordes, piano et percussions de Giya Kancheli complètent admirablement ce disque, dans une veine beaucoup plus épurée, où se retrouvent ces sonorités au bord du silence qu’affectionnent particulièrement ces deux compositeurs. Ce disque est sorti sur le label Grand Piano, label qui accueillait notamment l’intégrale des œuvres pour piano de Philip Glass, interprétée par Nicolas Horvath, que j’avais déjà commentée dans ces pages. Le monde de Christophe Colomb n’existe plus. D’ailleurs, l’Amérique est plutôt maintenant le monde de Donald. Mais les découvertes sont encore possibles.

 

Un extrait du concerto d’Ustvolskaya


7 titres / 58 mn (Grand Piano) – Sortie le 23/09/2016

Elisaveta Blumina : Piano – Stuttgart Chamber OrchestraThomas Sanderling : Direction – Jürgen Spitschka : Timbales, percussions

En savoir plus : www.blumina.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *