Linx, Fresu, Wissels : The Whistleblowers


L’ÉTROIT MOUSQUETAIRE

Pochette de The Whistleblowers par Linx, Fresu, WisselsÀ tous points de vue, cette chronique m’emplit de bonheur. Non seulement elle s’articule autour d’un bel album mais elle me permet aussi de vous souhaiter à tous une magnifique année 2016, en espérant que les fêtes se sont bien déroulées pour chacune et chacun de vous.

 

La mienne (de fête), c’était hier. J’ai passé la journée à me dire qu’il fallait ranger le sapin, manger la galette et concocter cette revue d’un disque joliment européen. David Linx (de son vrai nom Gistelinck) est belge, Paolo Fresu (de son vrai nom Fresu) est italien et Diederick Wissels (etc…) est néerlandais. Les trois sont amis de longue date et sortaient déjà en 2001 leur premier effort commun « Heartland ». Décidant d’y donner une suite quelques quinze années plus tard, le trio s’adjoint la collaboration du contrebassiste français Christophe Wallemme et du batteur norvégien Helge Andreas Norbakken, passant ainsi des trois mousquetaires (qui n’étaient pas trois non plus) aux cinq doigts de la main. Et ils parviennent à mon sens à illustrer parfaitement ce que peut être aujourd’hui le jazz européen : cérébral, technique et créatif.

Il faut dire que la musique que nous proposent ces messieurs est beaucoup plus que la réunion de simples talents. Bien sûr, il y a la voix de David Linx. Me rappelant parfois celle d’un Peter Von Poehl, elle peut parfois sembler un peu empruntée, mais est ici surtout extrêmement agile, juste, à la diction parfaite et capable de chanter des intervalles impressionnants. Avec le jeu de piano délicat de Diederick Wissels et les explorations sonores de Paolo Fresu (qu’on pourrait rapprocher d’Erik Truffaz cette fois), l’entente est idéale, à l’unisson au propre comme au figuré. La contrebasse de Wallemme est solide et c’est le jeu hyper-créatif de Norbakken, sorte de mutant hybride à mi-chemin entre le batteur et le percussionniste, qui ponctue la musique des trois hommes de ses rythmiques et sonorités particulières. Avec – cerise sur le gâteau la galette – un quatuor à cordes (je les ai gardés depuis ma dernière chronique), l’ensemble sculpte une œuvre aérée, qui laisse toute sa place au silence, aussi bien dans les balades sobres que sur les tempos plus emballés, là où l’originalité du projet se dévoile pour moi totalement. Le troisième album étant peut-être pour dans quinze ans, on ne peut que savourer les yeux fermés cette musique pleinement à l’opposé du « un pour tous, tous bourrins ».

https://www.youtube.com/watch?v=IjcVE2Qvj0o

La vidéo officielle de la chanson titre The Whistleblowers


13 titres / 54 mn (Bonsaï Music) – Sortie le 16/10/2015

David Linx : Voix – Paolo Fresu : Trompette, bugle, électronique – Diederick Wissels : Piano, Fender Rhodes – Christophe Wallemme : Contrebasse, basse – Helge Andreas Norbakken : Batterie, percussions – Anton Berovski & Sonia Peana : Violon – Nico Ciricugno : Alto – Piero Salvatori : Violoncelle

Produit par David Linx, Paolo Fresu & Diederick Wissels

En savoir plus : www.jmp.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.