The Black Keys : Turn Blue


LE BLUES DE L’HUILE DE VIE D’ANGE

Pochette de Turn Blue par The Black KeysEntendons-nous bien : dire que j’entends des éléments pop dans la musique de Black Country Communion, Biffy Clyro ou Queens Of The Stone Age ne signifie pas pour autant que je considère ces groupes comme les nouveaux défenseurs de ce même courant pop.

 

Depuis un moment, mes petites oreilles observent humblement de nombreux changements dans la représentation musicale, les barrières et les repères semblent bouger dans tous les sens et l’épicentre du rock n’est plus tout à fait là où il se trouvait il y a encore quelques années. Dernièrement, les disques de Ray Lamontagne, Wild Beasts ou James Vincent McMorrow posaient tous la même question : sont-ce là des phénomènes isolés ou une vraie tendance à laisser les claviers et autres synthétiseurs s’infiltrer partout, pour le meilleur ou pour le pire… Aujourd’hui c’est le dernier album des Black Keys qui vient mettre le bout de son nez dans ce questionnement existentiel. Exit « El Camino » et ses gros relents d’huile de vidange, c’est un peu comme si les deux ricains, aidés de leur désormais fidèle complice Brian Burton alias Danger Mouse, avaient vidé dans un jerricane de leur garage toutes les bribes de musiques qu’ils ont digérées pour en ressortir quelque chose de nouveau. En effet, s’il est une chose qu’on ne peut reprocher aux deux gusses, c’est bien de se laisser aller à la redite sans prendre de risque.

On retrouve bien entendu quelques petites ficelles habituelles (les chœurs à l’unisson du brave Auerbach, la frappe virile du batteur à lunettes Pat Carney…) et d’ailleurs, dès le début le ton semble donné avec un morceau d’anthologie en ouverture, solo de guitare pyrotechnique en prime. Mais c’est au moment du deuxième effet Kisscool qu’on se laisse emballer par des rythmiques plus électro, des claviers et des refrains toujours plus (pop ?) accrocheurs. Le yin et le yang musical qui nous rappellent que les genres musicaux sont surtout pratiques pour les bibliothécaires et les vendeurs de disques. Ça tombe bien, je suis réceptionniste.

 

La vidéo officielle du single Fever


11 titres / 45 mn (Nonesuch) – Sortie le 12/05/2014

Dan Auerbach : Voix, guitares, basse, claviers – Patrick Carney : Batterie, percussions, claviers – Brian Burton : Claviers

Produit par Danger Mouse & The Black Keys

En savoir plus : www.theblackkeys.com


One Comment on “The Black Keys : Turn Blue

  1. Moi je suis bibliothécaire et j’aime bien aussi quand les genres se croisent (sauf quand je dois les classer ;-p ) On ne se refait pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.