Jim Jones & The Righteous Mind : Super Natural


TOURNER EN ROND

Pochette de Super Natural par Jime Jones & The Righteous MindTel un phénix, Jim Jones n’en finit plus de renaître des cendres de ses anciens groupes. Depuis les années 1980, le britannique a successivement mis le feu aux poudres avec The Hypnotics, puis Black Moses, mais c’est avec son avant-dernier groupe, The Jim Jones Revue, que je l’ai découvert.

 

Comme nombre de fans, voir (par deux fois) sur scène ce ténébreux prédicateur du rock and roll fut une révélation. Après trois albums et quelques singles – et bien que le succès d’estime auprès du public (surtout en France d’ailleurs) autant que de la profession soit au rendez-vous, le groupe venait lui aussi à se consumer, fin 2014. Des restes fumants est apparu Jim Jones & The Righteous Mind, le bassiste Gavin Jay ayant suivi son leader. Voici leur premier album et déjà le line-up a changé. Bigre, pas simple de suivre Mr Jones. Avec tous ces changements, on aurait pu s’attendre à de conséquents virages musicaux mais on est rassuré dès le premier titre (Dream) : on a bien le pied sur l’accélérateur. Un disque de rock and roll « à tout berzingue », une locomotive conduite de main de maitre par un Jim Jones qui éructe de sa voix caverneuse. Les fans de la Revue en viennent même à se dire que si l’église a fait un ravalement de façade, les prêches du père Jones semblent toujours être chantées depuis le même bayou hanté. Beaucoup de changements pour finalement… pas de réel chambardement musical. Ce qui n’est absolument pas pour me déplaire car tourner en rond c’est agréable, surtout quand ce disque est sur ma platine.

Je ne sais pas si cela vous le fait aussi à l’écoute, mais de temps en temps, j’entends une véritable ressemblance entre deux titres. Ça m’avait fait le coup avec The Black Keys, qui avaient littéralement plagié le solo du Race With The Devil de Gun pour leur Gold On The Ceiling. Sur ce disque, il s’agit de la mélodie au piano de Doraldin’s Prophicies des Masters Of Reality, mais ici ralentie pour Shallow Grave. Enfin, je me peux manquer de saluer la magnifique pochette qui m’a fait penser de suite à celle du premier Hoboken Division, dont j’attends d’ailleurs impatiemment la suite (objet d’une future veille ?). Normal, puisqu on retrouve le même l’artiste : Jean Luc Navette.

 

La vidéo officielle du single Aldecide


10 titres / 47 mn (Masonic Records) – Sortie le 12/05/2017

Jim Jones : Voix, guitares – Malcolm Troon & David Page : Guitares, pedal steel, chœurs – Matt Millership & Joe Glosop : Claviers, piano, chœurs – Gavin Jay : Basse, chœurs – Phil Martini : Batterie, chœurs

Produit par Jim Jones

En savoir plus : www.righteousmind.co.uk


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *