Dhafer Youssef : Sounds Of Mirrors


VOYAGE EN ORIENT

Pochette de Sounds of Mirrors par Dhafer YoussefIl y a quelques années, je faisais un court voyage à Londres. Pour faire plaisir à un musicien dont c’était bientôt l’anniversaire, j’étais entrée chez un grand disquaire et j’avais passé quelques temps à écouter des CD inconnus. J’étais alors tombée sur « Electric Sufi », de Dhafer Youssef.

 

C’était il y a longtemps. « Electric Sufi » est sorti en 2001 ! À l’époque, ce qui m’avait attirée, c’était la ressemblance (à mes oreilles) avec Rabih Abou Khalil. Ce mélange de jazz et de sonorités orientales m’emmenait loin vers le soleil. Aujourd’hui, je n’écoute plus que rarement Rabih Abou Khalil. Mes oreilles ne sont probablement pas assez affutées car j’ai une impression de déjà vu. C’est loin d’être le cas avec Dhafer Youssef, qui semble se laisser imprégner de diverses ambiances pour chaque nouvel album.

Et cette fois, j’ai eu un véritable coup de foudre dès la première écoute ! Profitant d’une soirée tranquille seule à la maison, je décidai d’écouter le premier d’une longue série de sorties. Car – que Xavier soit ici remercié – une gentille âme m’a proposé de découvrir quelques nouveautés en avant-première. Et comme la rentrée musicale semble ressembler à la rentrée littéraire, j’attaquai la pile avec un nom connu. J’ai alors passé une soirée créative, inspirée par les dieux de l’Orient mythique. Je me suis sentie sur mon nuage, en plein apaisement, ce qui est un véritable exploit en ce moment ! La grammaire du texte pourrait être difficile à suivre tant elle mélange des origines diverses (les musiciens viennent de Tunisie, Inde, Turquie, Norvège) et pourtant l’écoute est évidente. Comme si elle avait toujours été là. Mais j’y retrouve aussi ce que j’aime chez Dhafer Youssef : une voix à la musicalité aérienne, qui sert toujours la musique. Sa technique vocale semble imparable, mais ici nous sommes loin des prouesses à la Paganini. Ici, il n’est pas question de numéro de cirque mais bien d’ambiance, que dis-je, de magie. De toute évidence, la lampe d’Aladin n’est pas loin…

 

Dance Layan Dance, en clin d’œil à sa fille


12 titres / 66 min (Anteprima) – Sortie le 05/10/2018

Dhafer Youssef : Oud, voix – Zakir Hussain : Tabla – Eivind Aarset : Guitare – Husnu Senlendirici : Clarinette

Pour en savoir plus : www.dhaferyoussef.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.