Dengue Dengue Dengue : Son De Los Diablos


DEUX À TROIS FOIS DINGUES

Pochette de Son De Los Diablos par Dengue Dengue DengueIl y a moins d’une semaine, le match France-Pérou se terminait sur le score laborieux de 2-1. Coupe du Monde oblige, aujourd’hui je colle toujours plus à l’actualité en vous proposant de jeter une oreille curieuse sur le dernier EP du duo péruvien Dengue Dengue Dengue.

 

« Son De Los Diablos », c’est en fait une référence à la danse traditionnelle du même nom. Signifiant littéralement Son du Diable (eh oui, fallait le savoir), elle fut importée au Pérou par les conquistadores espagnols, vers la fin du XVème siècle. Il s’agissait alors d’une procession dans laquelle danseurs et musiciens paradaient dans les rues de la capitale Lima en portant des masques de Diable. Ce Son de los Diablos a peu à peu intégré les traditions culturelles de la population afro-péruvienne esclave de l’époque. Cinq cents ans plus tard, Felipe Salmon et Rafael Pereira continuent de porter le même masque de Diable sur scène et d’imprégner leur musique de toute la tradition afro-péruvienne, rendant ainsi compte d’une énorme richesse musicale et artistique dans un pays dont on ignore, avouons-le, presque tout de ce côté-ci de l’Atlantique, nous basant principalement sur les clichés véhiculés par Tao, Zia, Esteban et le Grand Condor bien sûr, alors que le Pérou possède finalement aussi… de très bons atouts au football.

A l’écoute des quatre titres de l’EP, on prend pleinement conscience du métissage induit par cet énième déplacement de populations. En effet, les rythmiques d’origine africaine se mêlent aux sonorités plus sud-américaines : instruments traditionnels (cajita, cajon…), sample vocal de Lucha Reyes – une des plus grandes stars du Pérou – sur Buscando. Ce qu’on imagine moins, c’est l’étape importante que constitue « Son De Los Diablos » dans la véritable petite collection d’EPs publiés par le duo ces dernières années. Buscando, justement, a été enregistrée avec le soutien de membres de la famille Ballumbrosio, considérés comme des ambassadeurs de la culture afro-péruvienne. Et sur ce titre, l’electronica aux sonorités dub habituelle chez Dengue Dengue Dengue se trouve renforcée par les éléments rythmiques enregistrés en live pour la première fois, donnant ce caractère authentique à une musique qui s’apparenterait ainsi aux expérimentations du franco-équatorien Nicola Cruz. On a donc bien affaire ici à une célébration de tout un pan de l’art sud-américain cher à Tintin dans son Temple du Soleil. En témoigne la superbe pochette du disque, œuvre de l’artiste péruvienne Tania Brun Velando, et sa terrible bête aux poils hirsutes qui fait un peu penser au Yéti (je sais, là c’est Tintin au Tibet, on s’éloigne de notre sujet) ou… un moustique tigre ? Car attention, Dengue Dengue Dengue, c’est trois plus de risques d’être piqués par ce diable à trompe. Bzzz.

 

L’audio du titre Buscando, extrait de « Son De Los Diablos »


4 titres / 19 mn (Enchufada) – Sortie le 26/01/2018

Felipe Salmon & Rafael Pereira : Djing, programmations – Camilo Ballumbrosio : Cajon, congas – Wladimir Coronado : Cajita

Produit par Dengue Dengue Dengue

En savoir plus : www.denguedenguedengue.net


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.