Alexandre Kinn : Si Le Vent Se Lève


MISTRAL ET TRAMONTANE

Pochette de Si Le Vent Se Lève par Alexandre KinnAlexandre Kinn était pour moi un caméléon. Je dirais de lui aujourd’hui qu’il est plutôt calé mais long. Alors qu’on devinait qui il aimait, on sait désormais qui il est. J’avais été intensément séduit par le premier album « Dans La Tête d’Un Homme » du chanteur hyérois, à l’accent du sud, du soleil et de la mer (version surf et planche à voile).

 

J’avais même osé interviewer l’intéressé pour une radio dont je tairai le nom, échangeant avec lui sur ce disque, alors enregistré en trio roots à la manière d’un Jack Johnson, et sur lequel le guitariste montrait déjà une certaine maitrise de sa langue maternelle, faisant swinguer comme rarement la langue de Molière à mes oreilles. Changement de décor aujourd’hui. Le soleil a fait place au vent, la mer s’est rapprochée du nord et l’album auquel j’ai goûté ces jours-ci m’a littéralement emballé, faisant connaissance avec un Alexandre Kinn plus intime bien sûr, mais surtout plus charpenté. J’ai lu je ne sais plus où que cette deuxième galette, où folk et légèreté seraient au rendez-vous, était la continuité parfaite de la première. Et là je m’insurge ! J’ai beau chercher, j’entends bien une musique aérienne, mais en rien légère.

Pour moi la rupture, aussi audacieuse et heureuse soit elle, est bien présente. Et elle opère dès les premiers instants, avec une ouverture magnifique et ces Marins qui annoncent la couleur : entre tonnerre et éléments déchaînés, l’orchestration saura aussi se faire plus riche, travaillée, brillante alors que les textes sonderont toujours mieux le côté obscur de l’espèce humaine. On est ici bien content de comprendre toutes les subtilités, tous les degrés de notre chère langue française. Alors que l’ami Hugh Coltman fait une apparition, c’est Olivier Koundouno, arrangeur en titre d’Émily Loizeau, qui a donc su s’y prendre pour remuer Monsieur Kinn et participer à l’accouchement d’un artiste sincère et à part, sur lequel il faudra compter. Nous présentons tous nos vœux aux heureux parents et à l’enfant…

 

Alexandre Kinn et ses potes interprètent Take It Easy


11 titres / 47 mn (17H/Idol) – Sortie le 23/09/2013

Alexandre Kinn : Voix, guitare acoustique, Weissenborn, ukulélé, choeurs – Olivier Koundouno : Violoncelle, choeurs, claviers, harmonica – Csaba Palotaï : Guitare électrique – Aurélien Calvel : Basse, contrebasse – Emmanuel Marée : Batterie – Alexandre Léauthaud : Accordéon – Hugh Coltman : Voix, choeurs, harmonica – …

Réalisé par Olivier Koundouno & Alexandre Kinn

En savoir plus : www.facebook.com/alexandrekinn


One Comment on “Alexandre Kinn : Si Le Vent Se Lève

  1. Fait maison ? C’est extra ce qu’on peut faire à la maison quand on a du talent !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.