Panda Dub : Shapes And Shadows


HYMNE AUX SIRÈNES

Pochette de Shapes And Shadows par Panda DubA chaque nouvel album et live, je suis comme un poisson frétillant dans l’eau. Pourtant, je sais que je vais passer à la casserole.

 

Encore une fois, Panda dub m’a retenue en captivité durant les quarante-huit minutes tempétueuses de cet album. Quatorze secondes après avoir quitté le large, une première couche écrasante de basses est envoyée avec moult distorsions sur des rythmes de dub digital. Arrivent ensuite d’autres vagues de synthé, massives ou incisives, toujours plus hautes à mesure que Panda Dub, en marin invétéré qui, sur scène, s’agrippe à ses platines comme à la barre d’un navire en perdition, déploie sur nous ses filets de pêche successifs : touches synthwave (Enigma), hip-hop (J’finirai seul dans un coquillage), trap (Drizzle) et tek (Howl) qui alternent avec le tapis mouvementé du dub-stepper. Violons d’abord langoureux (Howl) réapparaissant quelques morceaux plus tard sur des thèmes celtiques (Kalahari), voix – en solo ou en chœur – orientales, européennes ou africaines, souvent élégiaques ou chatoyantes, toujours d’une fébrilité exaltante.

Malgré ce métissage sonore assez audacieux qui est peut-être du fait de sa signature sous le (très bon) label dub tourangeau Odgprod, je n’ai jamais perdu le fil. Chaque transition est l’occasion pour le dub maker de dérouler une nouvelle bobine sonore, de l’étirer toujours plus loin jusqu’à ce qu’elle se distende à la limite de céder. Sa griffe, le lyonnais l’impose aussi en déversant des nuées de petites notes qui remontent éclater en surface après avoir bullé dans les profondeurs océaniques, là où tonnent en sourdine les mêmes échos fantomatiques que l’on trouvait déjà dans « The Lost Ship », son opus précédent : à mes oreilles, la musique de Panda dub est comme parcourue d’un souffle hanté, du même acabit que celui qui m’avait irrémédiablement attirée chez High Tone. Avec sa reprise nébuleuse de Bad Weather, celui-ci s’impose à moi comme leur digne successeur… sans parler du clin d’œil au film « Ghost In The Shell » dans la ténébreuse et éponyme Shapes And shadows… ça, c’est cadeau aussi ! Bringuebalant sans relâche dans le remous de son filet, j’ finirai donc seule dans un coquillage, encerclée par d’autres nautiles et dub addicts ayant mordu à l’hameçon… avec délectation.

 

La version audio du titre éponyme Shapes And Shadows


10 titres / 48 mn (Odgprod) – Sortie le 01/03/2017

Panda Dub : Tous instruments

Réalisé par Panda Dub

En savoir plus : www.pandadub.bandcamp.com


2 Comments on “Panda Dub : Shapes And Shadows

  1. Superbe chronique très bien écrite ! MERCI BEAUCOUP ca me touche !

    • Merci à toi… « Panda » !! ^^ Et merci pour ta réponse, très heureuse que ça te touche !
      Et à très bientôt pour de nouveaux festivals dans les environs du nord de la France…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *