Jerez Le Cam Quartet : Reflejos Migrantes


TOUJOURS PLUS À L’EST

Pochette de Reflejos Migrantes par Gerardo Jerez Le CamComme nous le disions très récemment avec des amis, quand on va toujours plus à l’est, on finit par se retrouver à l’ouest ! En géographie, tout semble relatif. Alors puisque Bertrand D et Demetrius P nous ont emportés vers l’est, j’en emporte un peu (de l’est), et je continue un peu plus loin…

 

… Pour atterrir en Argentine (je sais, j’y suis régulièrement, musicalement parlant). C’est que l’habitude a été prise assez jeune. Quand j’étais encore apprentie flûtiste régulière, mon papa avait apporté à la maison l’Histoire Du Tango d’Astor Piazzolla dans une version pour flûte et guitare. La pièce avait complètement modifié ma perception de cette musique qui s’arrêtait pour moi jusque-là à des danses de salon un peu basiques. En fait, je découvrais une musique capable d’exprimer tout un arc-en-ciel d’ambiances et de sentiments. Le tout avec une pièce qui demande quand même une belle maîtrise de l’instrument (je le sais, je m’y suis essayée quelques années plus tard en achetant la partition).

Voici qu’aujourd’hui je rencontre « Reflejos Migrantes », qui commence d’abord par me dérouter sans bien que je sache pour quelle raison. Il y avait certes ce son de cymbalum qui vient d’un autre coin que l’Argentine (plutôt l’Europe de l’est). Mon oreille identifie bien des parfums tsiganes, mais sans y être totalement. La composition joue avec toutes influence et finit par brouiller mes repères. Le tout baigné dans une maîtrise de l’instrument de la part des musiciens à un rythme parfois endiablé. Bref, j’ai probablement d’abord été complètement submergée. Et finalement c’est en me laissant complètement déborder que j’ai rapidement trouvé mes marques. Probablement faut-il abandonner ce qu’on croit savoir, pour découvrir que ce n’est qu’un début. Et après tout, c’est le début de la construction de la connaissance de l’autre non ? En tout cas, en culture, se laisser un peu envahir par le voisin, ça a parfois du bon ! Et, à mon oreille, c’est ce que Gerardo Jerez Le Cam m’a prouvé aujourd’hui.

 

Brabadag par le quartet de Gerardo Jerez Le Cam


12 titres / 52 mn (Label Ouest) – Sortie le 10/11/2016

Gerardo Jerez Le Cam : Piano – Iacob Maciuca : Violon – Manu Comté : Bandonéon – Mihai Trestian : Cymbalum – Sandra Rumolino : Voix

En savoir plus : www.jerezlecam.com


6 Comments on “Jerez Le Cam Quartet : Reflejos Migrantes

    • Extra ! J’adore les couleurs apportées par l’orchestre. Il se passe tellement de choses que cela mérite plusieurs écoutes.
      Merci pour le partage , Laurent !

  1. Rythme endiablé et artistes que dis-je prodiges!!! sur Yamparango. Incroyable!!!

    • Merci pour votre avis KitKathy. Pour ma part, j’ai un peu de difficulté à trouver mon préféré. Par contre à chaque écoute, j’ai les chansons qui me trottent dans la tête. 😉

  2. Coucou. Merci Ilse pour la découverte. J’aime beaucoup. Pourtant pas une adepte non plus du tango, ni d’Astor Piazzola d’ailleurs. Je vais essayer de trouver cette version flûte et guitare aussi alors! ;o) Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

    Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *