Klute : Read Between The Lines


HISTOIRE(S) DE BEATS

Pochette de Read Between The Lines par KluteIl n’a pas de baguette, mais grâce à la technologie électronique et à un talent certain, Klute propulse l’air avec plus de densité et de mesure que ne le permettrait n’importe quelle batterie.

 

Dans l’atmosphère chargée de « Read Between The Lines » se succèdent des textures toutes plus différentes les unes que les autres. Je ne peux que saluer le huitième album de ce producteur britannique qui recoupe tous les genres musicaux dont il s’est employé à extraire minutieusement les essences. Après une ouverture magnifique sur le chant a capella de Naomi Pryor, le premier style que l’on identifie est la drum’n’bass, mais une drum’n’bass dont on sent plus fortement qu’ailleurs l’héritage de la jungle… et pas seulement pour l’amen break (c’est le moment de glisser une petite prière aux Winstons pour ces six secondes qui ont changé le cours de l’histoire de la musique électronique… Amen !). La jungle est issue de la rencontre au début des années 90 – notamment sur les terres de Bristol (tiens, tiens !) – de la scène rave britannique et de la culture musicale jamaïcaine. Contrairement à sa petite sœur, née quelques années plus tard, la recherche en jungle est axée sur les percussions – alors que d’ordinaire, c’est la cadette qui arrose plus volontiers de basses et de sonorités lourdes. Or ici, je crois que c’est la première fois que j’entends les beats comme faisant vraiment corps avec les autres nappes sonores… Mais l’on ne saurait résumer Klute à un producteur de drum’n’bass : on y respire aussi à plein nez des influences qui vont de l’IDM (ou Intelligence Dance Music, ainsi qu’elle fut pompeusement appelée pour honorer le penchant des DJ à l’expérimentation en musique électronique) à l’ambient music (telle que le label Warp Records sait nous en gratifier) en passant par la techno ou le footwork (qui puise dans la house et le hip-hop).

Quant aux arômes de jazz, ils se flairent davantage dans la forme que dans le fond : la musique est pour Klute ce que l’expérimentation est au jazz. Elle se nourrit d’interactions avec un environnement musical très large et assimile à la fois l’énergie cérébrale d’un Autechre, la liquid apaisante d’un High Contrast, les décharges vivifiantes d’un Marcus Intalex et les rythmes saccadés du beatmaker chicagoan feu DJ Rashad. « Lisez entre les lignes, nous dit Klute. Dépassez votre première impression, non seulement avec ma musique, mais aussi avec tout ce que vous expérimentez dans votre vie […]. Les couches superficielles révèlent des formes sous-jacentes de textures et de sensations« . C’est dans les détails et les répétitions que se dissimulent les frémissements de l’âme, dans les fourmillements microscopiques et les collisions de particules que se nichent les trépidations. Quant à moi, je laisse à « Read Between The Lines » le temps et le soin de me prodiguer de nouveaux spasmes auditifs, toute en contemplation devant la danse des poussières soulevées par les secousses des battements par minute que le soleil fait entrer dans sa lumière.

 

La vidéo de Lose My Way feat. Stamina


15 titres / 76 mn (Commercial Suicide) – Sortie le 31/03/2017

Tom Withers : Tous instruments – Stamina & Robert Manos : MC – Naomi Pryor : Voix

Produit par Klute

En savoir plus : www.commercialsuiciderecords.bandcamp.com/album/read-between-the-lines


One Comment on “Klute : Read Between The Lines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *