Meredith Monk : Piano Songs


MONK AU PIANO

Pochette de Piano Songs par Meredith MonkIl y a quelques années, j’avais été sollicité pour fournir une question musicale, en lien avec l’Angleterre, dans le cadre d’un concours. La question était la suivante : « Quel est lien entre Lou Reed, Catherine Deneuve et Elephant man ? »

 

Je suis sûr que vous avez déjà trouvé la réponse, aussi je vous en propose une autre, plus difficile : « Quel est le lien entre Björk, Camille et DJ Shadow ? ». Vous séchez ? La réponse est Monk. Non, pas Thelonious (c’est le titre de la chronique qui vous a induit en erreur), Meredith. Parce que Björk a repris Gotham Lullaby, de la chère dame qui nous intéresse aujourd’hui, que ce morceau figurait sur l’album « Dolmen Music », que DJ Shadow a samplé pour son morceau Midnight In A Perfect World (dans « Endtroducing ») et que Camille n’a rien fait de moins qu’écrire une chanson en hommage à Meredith, The Monk (dans « Music Hole »), dans laquelle elle s’inspire des techniques vocales de l’artiste. Quelqu’un qui inspire trois artistes de ce calibre-là ne saurait être entièrement mauvais. Comment vous parler de Meredith Monk ? En 1969, pour un de ses programmes, elle avait rédigé la notice biographique suivante : « Meredith Monk est née à Lima, au Pérou, elle a passé sa jeunesse dans l’Ouest où elle montait à cheval, a vécu dans une maison rouge, a commencé à prendre des cours de danse à l’âge de trois ans parce qu’elle ne savait pas sauter à la corde, a dansé dans des Topless Clubs en Californie, a les cheveux bruns ». Vous ne trouvez pas ça très éclairant ? Vous êtes difficile aujourd’hui…

Complétons ce portrait en disant qu’elle est chanteuse, mime, danseuse, chorégraphe, comédienne, auteur et metteur en scène de théâtre. Bien. Et que je ne la connais, depuis vingt ans, que comme chanteuse. Mais une chanteuse dont les vocalises m’ont toujours impressionné par la largeur de leur registre : graves gutturaux, suraigus babillards, microtons, chuchotements, gémissements… À ce stade, alléchés, vous voulez déjà vous précipiter sur les extraits de l’album, entièrement exécuté… au piano. Car « Piano Songs » est une compilation des compositions de Meredith Monk pour un ou deux pianos, qui s’échelonnent ici de 1971 à 2006. Mais on y retrouve nombre de caractéristiques de sa musique vocale, qui l’ont souvent fait assimiler aux minimalistes américains (Steve Reich, par exemple) : courts motifs répétés, fougue rythmique, métriques irrégulières et obsessionnelles… Un disque envoûtant, et qui comprend nombre de raretés, jamais enregistrées ou devenues introuvables. Mais évidemment, si vous préférez les chanteurs quand ils chantent…

youtube=http://http://youtu.be/676I2V5NfZk&w=640&h=360

Une interview de Meredith Monk


12 titres / 47 mn (ECM) – Sortie le 07/04/2014

Ursula Oppens : Piano – Bruce Brubaker : Piano

Produit par Meredith Monk & Allison Sniffin

En savoir plus : www.meredithmonk.org


One Comment on “Meredith Monk : Piano Songs

  1. Ah, enfin un Meredith Monk que j’aurais plaisir à écouter 😉 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.