Laetitia Shériff : Pandemonium, Solace And Stars


UN SIGNE DE SHÉRIFF

Pochette de Pandemonium, Solace And Stars par Laetitia ShériffMême le grand fureteur de sons devant l’éternel que je suis, toujours à fouiller partout à la recherche de nouveautés auditives, a ses faiblesses. J’aime aussi quand c’est la musique qui vient sonner à ma porte.

Cette fois, je le dois à nouveau au génial label Yotanka (souvenez-vous, déjà des Von Pariahs il y a quelques mois…) et Vincent, que je remercie donc chaleureusement puisque j’en ai aujourd’hui l’occasion. Laetitia Shériff fait partie de ces artistes dont je connaissais le nom sans savoir exactement où la situer dans le paysage musical français. En farfouillant un peu, je découvrais que la brune chanteuse possède, au-delà des quatre cordes de sa basse, bien plus d’une corde à son arc. Compositrice de musiques pour le cinéma, le théâtre, des documentaires ou des spectacles de danse, elle a su se forger un univers bien particulier et s’entourer des gens qu’il fallait pour accoucher aujourd’hui d’un troisième disque fabuleux de douce noirceur.

Alors que d’autres délivrent un rock qui sent la testostérone à plein nez, Laetitia Shériff nous gratifie ici d’un son à la fois brutal et expérimental, mettant le doigt sur tout ce que le rock peut avoir de féminin en lui. Et nous évite par la même tous les poncifs du genre, leur préférant une rage sourde et une (presque) délicate furie aux arpèges de guitares incandescents. Capable aussi bien de cracher son venin en moins de deux minutes (Wash), que de construire une longue progression tout en suintante lourdeur en pas loin de six minutes trente (To Be Strong) – donc très loin des standards radiophoniques -, la française montre de quel bois elle se chauffe à plus d’une reprise sur ce disque sombre, homogène et qui vous remue surtout à l’intérieur. La guitare de Tomas Poli et le violon de Carla Pallone, loin d’apaiser cette violence souterraine, mettent en relief toute la contradiction qui émane de cette Shériff-là. En fait, une Shériff qui aurait plutôt tendance à faire régner le désordre que l’ordre. Lucky Luke n’a qu’à bien se tenir…

La vidéo officielle du single The Living Dead


10 titres / 41 mn (Yotanka) – Sortie le 13/10/2014

Laetitia Shériff : Voix, basse, guitares, claviers – Thomas Poli : Guitares, clavier Moog – Nicolas Courret : Batterie – Carla Pallone : Violon

Réalisé par Thomas Poli

En savoir plus : www.laetitiasheriff.bandcamp.com


One Comment on “Laetitia Shériff : Pandemonium, Solace And Stars

  1. Pingback: BIKINI MACHINE : Bang On Time ! | LesVeillesMusicales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.