Valerie June : The Order Of Time


REMÈDE A LA MÉLANCOLIE

Pochette de The Order Of Time par Valerie JuneDepuis le début de cette année 2017, sur laquelle je plaçai l’espérance d’un avenir en commun, j’ai remarqué une certaine parité dans les artistes que je vous présente chaque mois. Je vous parlerai donc aujourd’hui de Valerie June, dont le récent disque m’a permis de canaliser le blues immense qui m’a envahi cette semaine.

 

La jeune femme née dans le Tennessee en 1982 captive avant même d’avoir écouté le moindre son tiré de sa voix unique. Avec sa fabuleuse chevelure de dreadlocks, je ne serai sûrement pas le premier à convoquer ici le mythe de Méduse, qui narre la tragique vie d’une femme rivalisant en beauté avec la déesse Athéna et qui sera métamorphosée par celle-ci, jalouse que Poseïdon en soit tombé raide dingue. La Méduse de notre temps, nous subjugue certes par une beauté et une grace naturelle déconcertante (lors de son concert au Grand Mix de Tourcoing, elle portait un tutu rose qui lui allait comme un gant…), mais surtout par une voix au timbre haut en couleurs. Le bleu (blue/blues) serait sa couleur dominante. Son éducation musicale est naturelle, comme beaucoup d’afro-américain(es). Au gospel du dimanche, elle a ajouté les formes diverses qui font que son pays – qui élit un réac comme Trump – reste passionnant : soul, folk, country, rock ! Songwriteuse, elle est aussi bonne instrumentiste, passant de la guitare au banjo.

Après trois disques (EP) aujourd’hui introuvables, nous Européen(es) l’avions découverte en 2013 avec son premier album sorti sur une major, « Pushin’ Against A Stone », et l’adoubement (à la production) du chanteur-guitariste de The Black Keys. Bien que baignant dans le folk, le résultat était plus rock que ce nouvel album, où Valerie June privilégie les balades (avec cordes) soul et folk, ne jouant au final le rythme de John Lee Hooker que pour le single Shakedown ou sur le dernier hallelujah endiablé du disque qu’est Got Soul. Valerie June ne se trahit pas, elle est vraie, impliquée et c’est certainement cela qui a été remarqué par l’une de ses (et mes) grandes idoles : Bob Dylan, qui l’a très récemment mentionnée en interview !

 

La vidéo officielle du single Shakedown


12 titres / 43 mn (Concord Records) – Sortie le 10/03/2017

Valerie June : Voix, guitares, banjo – Andy McLeod : Guitares – Dan Lead : Pedal steel – Richard Swift : Basse – Dan Rieser & John Bollinger : Batterie, percussions – Steven Bernstein : Trompette – Peter Apfelbaum & Colin Stetson : Saxophones – Clark Gayton : Trombone – Norah Jones, Emerson, Jason & Patrick Hockett : Chœurs

Produit par Matt Marinelli & Richard Swift

En savoir plus : www.valeriejune.com


2 Comments on “Valerie June : The Order Of Time

  1. Tu as attisé ma curiosité, Maxime. Ça a l’air très sympa et je creuse pour en entendre plus.
    Merci !

  2. On découvre toujours des choses intéréssantes chez vous, merci de votre travail,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *