Las Hermanas Caronni : Navega Mundos


VOYAGE INTÉRIEUR

Pochette de Navega Mundos par Las Hermanas CaronniLa rentrée scolaire est à peine passée. Ma petite Lili a commencé à apprendre l’espagnol (dont elle raffole, d’ailleurs) et j’ai décidé que ce serait l’élément qui me ferait définitivement choisir le disque que je vous présente aujourd’hui.

 

Car pour être honnête, depuis plusieurs jours j’hésite entre trois albums, qui bien entendu n’ont absolument rien à voir les uns avec les autres. Car s’ils se ressemblaient, un vague doublon aurait pu me libérer de l’un d’entre eux. Alors, les excuses étant faites pour s’en servir, c’est l’Argentine qui commence. Et si vous êtes sages, je vous parlerai bientôt des autres. Je vous offre aussi une histoire drôle souvent relayée par Bertrand D (tant pis pour lui, je la lui pique !) : « Les Mexicains descendent des Aztèques, les Péruviens des Incas , et les Argentins descendent… du bateau ! » Car l’Argentine est profondément marquée par les nombreuses immigrations qui l’ont enrichie (oui oui, quand on sait la prendre dans le bon sens, c’est bien ce que fait l’immigration !). Et alors que certains voudraient limiter l’Argentine au tango et aux gauchos, ces deux demoiselles sont plutôt d’accord avec leur compatriote bibliothécaire, Borges (je vous conseille sa bibliothèque de Babel, c’est vite digéré mais plein de goût). À savoir qu’il suffit d’être argentin pour faire de la littérature (ou ici de la musique) argentine.

Voilà qui m’aidera à classer ce bel album dans ma bibliothèque car la musique aurait pu me perdre : classique, jazz, chanson, musiques du monde ? Tout pourrait convenir. Et comme le genre m’importe peu quand nous sommes entre nous sur ces pages, je peux cesser de me poser des questions et apprécier ce que j’entends. Un mélange orchestré avec doigté et finesse. Un répertoire qui ne peut être volé parce que j’ai senti qu’il était habité par les musiciennes. Ce qui est probablement mon image de ce que les bordelaises (et oui !) appellent leur mers intérieures. Alors, puisque les vacances sont finies, pensons déjà aux prochaines ! Pourquoi pas dans un pays hispanophone pour que Lili sache aussi que « las hermanas » ça veut dire « les sœurs ». Ça explique la ressemblance, non ?

Las Hermanas Caronni seront en concert à Arques (Centre Culturel Daniel Balavoine) le 13 janvier 2017 ! (www.labarcarolle.org/evenement/las-hermanas-caronni)

 

La vidéo officielle de La Mélodie Des Choses


12 titres / 43 mn (Les Grands Fleuves) – Sortie le 13/11/2015

Gianna Caronni : Clarinette, clarinette basse, voix – Laura Caronni : Voix, Violoncelle, violon

En savoir plus : lashermanascaronni.com


Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *