Soviet Suprem : Marx Attack


PASSAGE À L’EST

Pochette de Marx Attack par Soviet SupremC’est fait. La France championne du monde, je me devais de rédiger une dernière chronique en lien avec ce qui fut l’évènement sportif de l’année. Je sais, il reste encore le Tour de France mais bon, avouez qu’on s’en foot un peu plus…

 

Et quoi de mieux pour terminer ma trilogie Starwars à moi qu’une glorification au troisième degré du pays hôte ? Car si la Russie a pu atteindre les quarts de finale, peut-être était-ce l’effet dopant (tiens, on reparle de cyclisme…) de la musique de Soviet Suprem. Ou quand R.Wan – alias Sylvester Staline – rencontre Toma – alias John Lénine –, sous les yeux de DJ Croute Chef. Vous l’aurez compris : ça a beau être la canicule, accrochez-vous à vos bacs à glaçons, les zygomatiques risquent de chauffer ferme. Déjà fautifs d’un premier album intitulé « L’Internationale » en 2014 (même si le Mondial de football se déroulait cette année-là au Brésil), les deux compères reviennent avec les mêmes recettes, sans peur et apparemment sans reproches, prêts à pousser le bouchon aussi loin que possible dans leur concept. Pour résumer un peu, on peut lire, sur le site du groupe : « (…) Alors que la France ne jure plus que par l’Ouest, biberonnant sa jeunesse à la culture « yankee », deux musiciens ont décidé de prendre la tangente et de partir à la conquête de l’Est pour vivre leur « balkanican dream » (…) « . Je vous invite d’ailleurs à faire un petit tour sur ce site pour découvrir l’univers bidonnant et délirant (au bon sens du terme) de Soviet Suprem.

Mais quid de la musique dans tout ça, me direz-vous. Et vous aurez raison. Car Soviet Suprem, ce sont a priori des costumes, des décors, des jeux de mots et des blagues potaches, à mi-chemin entre les Rolling Bidochons et les Inconnus. On est donc forcément tenté de prendre tout ça pour une véritable farce, et on aurait sûrement tort cette fois. Car eux ne rigolent pas, et il n’en reste pas moins que la musique, sorte de dance-pop parfois bricolée ou mâtinée de hip-hop, sert merveilleusement l’univers décalé du duo, en y intégrant des sonorités que l’on identifie au premier coup d’oreille (pseudo-Chœurs de l’Armée Rouge et fanfares des Balkans en tête). Il n’en reste pas moins non plus que sur le fond, les textes de Soviet Suprem sont souvent bien plus lourds de sens qu’il n’y paraît. Il faut donc pouvoir écouter entre les lignes et dans toutes les langues pour le saisir au mieux. On rit beaucoup, mais on rit souvent jaune, et on voit rouge à bien des égards. Et quand je pense que tout ça pour moi, à la base, c’est grâce au football… Vivement le troisième album de Soviet Suprem, vivement Qatar 2022 !

 

La vidéo officielle du single Vladimir


15 titres / 42 mn (Chapter Two/Wagram) – Sortie le 16/03/2018

En savoir plus : www.sovietsuprem.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.