Lucy Dixon : Lulu’s Back in Town


LE DIXON DU JOUR

Pochette de Lulu's Back In Town par Lucy DixonQuelques semaines après « La La Land » (ou serait-ce déjà quelques mois ? ), je découvre cet album. Ou plutôt je l’écoute enfin, car il était sur mon étagère depuis un petit moment. Mais, que voulez-vous, le temps file à tout allure.

 

Lucy Dixon semble être une fille de la scène et elle semble avoir essayé tout ce qui y touche. C’est donc en fait intriguée par cette chanteuse qui assurait une partie de sa rythmique que j’ai acheté cet album. Car Lulu (enfin Lucy) claquette en chantant … ou chante-t-elle en claquettant ? Bref, elle fait les deux en même temps. Évidemment, si vous suivez LVM depuis quelques temps, vous devez avoir repéré que j’aime le jazz vocal. Celui-ci est un vrai retour au swing et aux films que je regardais quand j’étais jeune, charmée par les pas de Fred Astaire et de Ginger Rogers.

L’album a un délicieux goût vintage. Ici, pas de grandes prouesses vocales. Le chant est tout en douceur, comme si Lulu vous chantait ses chansons au creux de l’oreille. Et si on ne regarde pas la vidéo, les parties dansées (enfin, claquettées) se glissent dans la musique comme un solo de guitare. Je me serais vraiment crue dans « Top Hat », le film de 1935. L’album est relativement court, notamment parce que les morceaux le sont aussi. Un peu à l’ancienne, à nouveau. C’était avant que les solos et improvisations commencent à prendre plus de place et rallongent les titres, quand le jazz était surtout une musique de divertissement ou de bal (encore la danse !). Bref, je n’ai pas entendu de grande révolution ici (Bertrand D dirait : encore un retour vers l’ancien) mais après tout, parfois il est bon de cesser de courir vers la nouveauté. Tant que mon téléphone fonctionne, je le garde et tant que j’aime un bon vieux swing, j’en écoute !

 

Le trailer de « Lulu’s Back In Town »


15 titres / 37 mn (Dstream) – Sortie le 21/10/2016

Lucy Dixon : Voix, claquettes – Samy Daussat & David Gastine : Guitares –  Laurent De Wilde : Piano – Steve Argüelles : Batterie, percussions – Pierre-Antoine Badaroux : Saxophone alto, arrangements – Louis Laurain : Trompette – Geoffrey Gesser : Saxophone ténor, clarinette – Fidel Fourneyron : Trombone

Produit par Steve Argüelles

En savoir plus : www.thelucydixon.com


Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *