Panda Dub : The Lost Ship


CROISIÈRE HYPNOTIQUE

Pochette de The Lost Ship par Panda DubDans le paysage dub français, Panda Dub s’est peu à peu imposé comme figure de proue. Accrochée au mat surplombant la cité lyonnaise, cela fait quelques années que je me suis mise à grignoter du bambou. Avec « The Lost Ship », il m’a encore donné à me sustenter, cette fois d’images fantasmagoriques de vaisseau perdu.

 

Depuis les hauteurs de la Croix Rousse, dans le sillage de High Tone ou Kaly Live Dub, le propriétaire de la boîte de mixage décorée d’un autocollant du WWF envoie du rythme. Estampillé comme steppa, le dub du panda continue à utiliser des samples ethno mais s’éloigne de plus en plus du roots – ou des racines de bambous pour franciser le titre d’un précédent album et explore davantage les possibilités du genre électro. En live, outre les inconditionnels sautilleurs de la fosse, les massive vibrations chatouillent désormais des oreilles gourmandes de textures plus sombres … Je ne pense pas être la seule à avoir l’imagination qui s’emballe devant un nom d’album ou une couleur de pochette.  A cause du double sens du mot Ship et de la teinte bleue-violette du visuel, j’ai superposé à la musique de « The Lost Ship » l’image d’une étendue océaniquequand bien même le vaisseau représenté est plus spatial que nautique et le décor interstellaire (j’ai pourtant posé les yeux dessus une vingtaine de fois ; on ne choisit pas son cerveau !). Notre DJ a déjà confié préférer sa musique dépouillée de tout paratexte esthétique : peut-être parce que moins il y en a, plus l’expérience auditive est libre et personnelle ?

Ainsi, après une promenade dans une forêt de bambous avec « Bamboo Roots », je me suis laissée hypnotiser par les airs de flûte de son avant-dernier « Psychotic Symphony », pour, avec « The Lost Ship », ne plus réussir à m’ôter l’image d’un navire perdu au milieu des flots. A chaque écoute, au moment d’embarquer, je sens le truc pas net, j’ai peur de ne plus jamais retrouver la Terre ferme. Je décide donc de voguer seule dans ma barque en bambous (encore les bambous !) en prenant garde de ne pas m’éloigner du rivage et je dégaine ma longue vue. Le début ressemble au calme avant la tempête. Puis les rythmes se font de plus en plus agités, les lignes de basse de plus en plus sourdes. L’orage est annoncé par l’écho lointain de la sirène d’un bateau en détresse. Bientôt je ne vois plus mon vaisseau. Peut-être s’est-il effectivement envolé à des millions de kilomètres de notre système solaire ? Une légende raconte que les hublots sont toujours allumés et que les fantômes des passagers associent leurs pas pour une danse macabre tourbillonnante … une Psychotic Symphony ?

 

La vidéo officielle du single Crazy World, extrait de l’album « Psychotic Symphony »


10 titres / 51 mn (ODG Prod) – Sortie le 15/04/2015

Panda Dub : DJ, production – Mayd Hubb : DJ – Joe Pilgrim : Voix

Produit par Panda Dub

En savoir plus : www.odgprod.com/artist/panda-dub


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *