Sainkho Namtchylak : Like A Bird Or Spirit, Not A Face


UNE SHAMANE AU DÉSERT

Pochette de Like A Bird Or Spirit, Not A Face par Sainkho NamtchylakLongtemps, le lait m’a rendu malade. Puis, c’est allé de mieux en mieux, probablement parce que j’ai totalement cessé d’en boire. Blanc, opaque et nutritif, il est resté une énigme pour mon organisme. Heureusement, je suis né dans le Pas-de-Calais.

 

Et le Pas-de-Calais n’est pas Touva. Vous connaissez, Touva ? C’est au nord de la Mongolie, c’est une république indépendante depuis le début des années 1990 et l’on y célèbre le « Ak-chem », « la nourriture blanche ». C’est-à-dire l’ensemble (conséquent) de produits alimentaires à base de lait. Mon enfance à Touva, et les Veilles Musicales comptaient un chroniqueur de moins.

La boisson préférée des habitants de Touva, c’est le thé avec du lait. Du thé vert, obligatoirement. Bouilli dans un chaudron en fonte, avec du sel et du lait. De vache, de chèvre, de mouton ou de chameau. Quand je pense que seul ce dernier nous sépare du Pas-de-Calais… Si, vous êtes bien sur les Veilles Musicales : la production culturelle locale n’est pas que culinaire. Est issue également de la région la remarquable artiste qu’est Sainkho Namtchylak. Chanteuse, attirée par les chants des chamans, normalement réservés aux hommes, elle va pratiquer le chant diphonique et développer une production musicale éclectique, relevant selon les périodes de l’ethno-pop, du jazz, de la musique électronique ou de l’improvisation libre. Une démarche expérimentale originale, ouverte aux rencontres, qui l’amène, dans l’album « Like A Bird Or Spirit, Not A Face », à s’associer à Eyadou Ag Leche et Said Ag Ayad, respectivement bassiste et percussionniste du groupe touareg Tinariwen, dans une version toute post-moderne d’Un thé au Sahara. Un disque peu approprié aux amateurs d’exotisme facile : le propos y est souvent âpre, mais singulièrement incarné dans une orchestration minimaliste à base de guitare, de basse et de percussions, agrémentées de quelques boucles électroniques. Mais, paradoxalement, dans cette production emblématique d’une certaine modernité trans-frontalière, un des sentiments dominants reste la nostalgie. Une nostalgie qui s’exprime dans les deniers mots de l’album : « I would like to see my home with my own eyes. I would like to taste tuvan tea with the milk. »

 

Le trailer de l’album


10 titres / 46 mn (Ponderosa) – Sortie le 22/01/2016

Sainkho Namtchylak : Voix, guitare – Eyadou Ag Leche : Basse, guitare, voix – Said Ag Ayad : Percussions – Ian Brennan : Boucles

En savoir plus : www.sainkho.net/en


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.