Ben Howard : I Forget Where We Were


MARCHE À LONDRES !

Pochette de I Forget Where We Were par Ben HowardFini de rire ! C’est bien beau de passer son temps à parler de cymbales qui mangent des guitares ou de chroniquer le dernier album de Bikini Machine, mais à un moment il faut savoir redescendre sur terre, là où la dure réalité de notre condition humaine peut pousser à écrire des chansons aussi noires que Barbamama (‘scusez-moi mais avec mon fiston, j’en bouffe à tous les repas…).

Trois ans après un premier album, « Every Kingdom », acclamé autant par la critique que par le public – avec Brit Awards et Mercury Prize à la clef –, Ben Howard revient transformer l’essai avec un disque à la musique et aux textes délicieusement sombres. À mes oreilles, Howard et James Vincent McMorrow avaient marqué l’année 2011 de leurs premiers disques folk respectifs. Mais alors que l’irlandais barbu choisissait l’apaisement et la lumière pour son deuxième effort folktronisant, le surfer du Devon a préféré faire grandir ses petites chansons dans une toute autre direction, mêlant au passage à son hard-folk des débuts quelques sonorités blues et rock beaucoup plus rugueuses. Avec son jeu ultra percussif, agrémenté aujourd’hui de delays et d’effets en tous genres, l’anglais bidouille, expérimente et s’éclate à faire ressortir chaque harmonique de sa guitare tout au long d’un album à l’équilibre parfait entre continuité et rupture.

Le guitariste, entouré des mêmes complices fidèles qu’en 2011, chante des chansons aussi noires que la pochette le laissait présager, et il fait durer le plaisir sur des codas magistrales sans fin, accouchant ainsi d’une pépite aux plages longues non formatées. Jusqu’à cette End Of The Affair, ces presque huit minutes bouleversantes : mais que cet homme-là a dû souffrir ! Il aura ainsi enregistré en huit mois, dans son Devon natal, un beau disque qui nous embarque avec lui, spectateurs à la première place de l’effondrement de ses certitudes, sur une bande-son qui gagnera à vivre plus encore en étant jouée live sur les scènes du monde. Aucun doute, ma femme (qui a accouché d’une autre pépite depuis 2011) et moi réservons nos billets !

La vidéo officielle du titre éponyme I Forget Where We Were


10 titres / 54 mn (Tôt Ou Tard) – Sortie le 27/11/2014

Ben Howard : Voix, guitares, percussions – India Bourne : Violoncelle, chœurs – Chris Bond : Batterie, basse, guitares, claviers, percussions, choeurs – Nat Wason : Guitares, choeurs – Andrew Bond : Claviers, choeurs – Mickey Smith : Basse, guitares, choeurs

Produit par Chris Bond

En savoir plus : www.benhowardmusic.co.uk


3 Comments on “Ben Howard : I Forget Where We Were

  1. Un instant j’ai cru que Babarmama était un groupe que je ne connaissais pas !

  2. Pingback: DAMIEN RICE : My Favourite Faded Fantasy | LesVeillesMusicales

  3. OK mais tu me fais avaler une boite d’euphythose avant d’y aller pour me détendre ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.