Arthur Buck : I Am The Moment


VIVONS LE MOMENT PRESSANT !

Pochette de I Am The Moment par Arthur BuckOh je sais, le réchauffement climatique, la canicule, l’affaire Benalla, le prix de l’essence qui ne cesse de grimper, nous avons eu droit à un été navrant à bien des égards. Et pourtant, je ne peux m’empêcher de penser que la vie est (parfois) bien faite.

 

Nous sommes en juillet 2017, j’assiste au concert du génial Steven Wilson, dans la salle du Zénith de Paris, alors que j’apprenais quelques heures plus tôt une promotion professionnelle tant attendue. En sortant de la salle, je tombe sur celle qui deviendra la femme de ma vie. Et une fois rentré chez moi, encore grisé par les décibels encaissés, je découvre LesVeillesMusicales et envoie un mail à son administrateur, me retrouvant bien vite à contribuer à cette entreprise de déformatage culturel. Bref, je venais de vivre en quelques heures une succession d’instants qui allaient – n’ayons pas peur des mots – transformer ma vie. C’est comme ce gars : Peter Buck. Alors que, pendant trente ans, il avait gratté ses accords dans un des meilleurs groupes de rock indé de la planète, il passe une soirée avec un plus ou moins pote, qu’il a invité sur le festival de Truc Machin qu’il organise chaque année. Ils boivent des bières, refont le monde, et forcément une guitare traîne. « Tiens, écoute ça – Et toi, que penses-tu de ces accords ? – Ah ben tiens, j’ai quelques paroles qui pourraient bien sonner là-dessus – Attends, j’ouvre une autre canette et j’te rejoue ce couplet – Eh mais on pourrait jouer cette putain de chanson en concert ce soir, nan ? », etc etc… Et c’est comme ça que naît le premier album d’Arthur Buck.

Car, Mesdames et Messieurs, Arthur Buck n’est pas un être comme vous et moi, c’est la réunion de Joseph Arthur et Peter Buck (qui pourrait donc croiser dans un monde parallèle un certain Simon Garfunkel ou un autre Peter Sloane). Et à nom hybride, musique hybride. Car la musique qu’on entend sur ce premier disque éponyme reflète idéalement le moment qui y a conduit. Un peu rock, un peu folk, un peu électro voire même hip-hop, on évolue sans cesse dans la luxuriante production de l’un, mais au milieu des guitares acoustiques reconnaissables de l’autre, avec toujours ce respect mutuel qu’entretiennent les deux musiciens. Ce joyeux patchwork, dont la voix particulière de Joseph Arthur est un peu ce que la maïzena est à la sauce béchamel (le liant, pour les non-initiés), constitue bien un résultat inattendu, y compris par les deux protagonistes qui ne faisaient à la base que taper le bœuf. Et c’est bien cette magie de l’instant qui rend la chose unique. Un peu comme des chroniques sur LVM.

 

La vidéo officielle du single Are You Electrified ?


11 titres / 44 mn (New West Records) – Sortie le 15/06/2018

Joseph Arthur : Voix, guitare électrique, sitar électrique, synthés, basse, batterie, percussions, programmations – Peter Buck : Guitares acoustiques & électriques, piano, vibraphone – Morgan James : Chœurs

Produit par Joseph Arthur

En savoir plus : www.arthurbuckmusic.bandcamp.com/album/arthur-buck


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.