City And Colour : The Hurry And The Harm


UNE HONNÊTETÉ VIBRANTE !

the-hurry-and-the-harm-lesveillesmusicales« I don’t wanna be revolutionary, no, I’m just looking for the sweetest melody« . Ces mots extraits du titre Commentators résonnent tel un écho à l’intention louable de son auteur : « faire un album honnête« . La page de l’ancien groupe de Dallas Green – Alexisonfire – est désormais tournée depuis 2011.

Sous l’alias City And Colour, il entame donc le quatrième chapitre de son projet folk amorcé en 2004. Conforté dans son choix artistique par ses lectures de poésies, notamment l’œuvre de Wendell Berry « The Peace Of Wild Things », l’auteur-compositeur-interprète continue de nourrir son écriture introspective du vague à l’âme au gré du chemin qu’il a décidé d’emprunter. Outre une plume aiguisée, Green dispose d’une voix angélique et perçante, capable de faire vibrer les réceptacles à émotions que nous sommes. Côté musique on sent d’emblée la progression déjà amorcée sur le précédent album « Little Hell ». Les arrangements sont en effet plus riches et si les riffs de la guitare acoustique restent les fils conducteurs des compositions, ils s’entichent de claviers, de percussions et de la guitare électrique, le tout porté par une équipe de haut-vol (détaillée ci-dessous).

De cette rencontre émane une dynamique pop au rendu couplet-refrain classique mais ciselé (The Lonely Life, Thirst). Les ballades restent l’apanage de l’artiste (Paradise, Death Song) et l’on trouvera ici et là des liens de parenté avec, entre autres, Will Stratton sur Take Care ou encore Ray LaMontagne sur Of Space And Time… Au final et comme annoncé, rien de nouveau sous le soleil en termes de composition, mais ce que l’on attend finalement d’un album c’est de nous faire entrer dans un univers où la magie opère, que les notes et les mots posés par son conteur rentrent en résonance avec nos battements de cœur livrés au temps. À ce titre, « The Hurry And The Harm » est brillant et Green ne fait pas qu’emprunter un chemin mais y pose son empreinte doucement mais sûrement. En attendant avec impatience la nouvelle démonstration de sincérité du canadien…

La video officielle du single Thirst


12 titres / 50 mn (Dine Alone Records) – Sortie le 03/06/2013

Dallas Green : Voix, guitare acoustique – Spencer Cullum : Guitares, pedal steel – Bo Koster : Claviers – Jack Lawrence : Basse – Matt Chamberlain & James Gadson : Batterie

Produit par Alex Newport

En savoir plus : www.cityandcolour.com


2 Comments on “City And Colour : The Hurry And The Harm

  1. Pingback: J/B/M : Stray Ashes | LesVeillesMusicales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.