Collectif ECM : Hommage À Eberhard Weber


AUJOURD’HUI : LEÇON D’ECM

hommage-eberhard-weber-2-lesveillesmusicalesAllez, sortez vos cahiers et vos stylos. Interrogation écrite sur le thème « Eberhard Weber et le label ECM ». Le meilleur d’entre vous aura un bon point et une image. Alors quoi ? Sans façon ? Z’êtes vraiment pas drôles…

 

Vaste sujet pourtant. La maison de disques ECM – acronyme de « Edition Of Contemporary Music » – est née en 1969 sous l’impulsion de son fondateur Manfred Eicher. Comme le dit St-Wikipédia (priez pour nous), « son influence a durablement marqué la production du jazz en renforçant la visibilité d’un jazz européen ». Amen. De Jan Garbarek à Keith Jarrett, les carrières d’un certain nombre de musiciens sont liées elles-mêmes au label. Et il en va justement ainsi d’Eberhard Weber, contrebassiste allemand qui fête cette année ses 75 printemps. Rassurez-vous tout de suite, Weber ne les a pas fêtés seul dans son canapé à mater un vieux Derrick et à noyer sa solitude dans une pinte de bière, non. Chez ECM, quand on organise l’anniversaire de ce cher Eberhard, on invite les têtes d’affiche du label avec lesquelles il a joué (Jan Garbarek bien entendu, mais aussi Gary Burton…), on fait venir le SWR Big Band et on commande à Monsieur Pat Metheny (lui aussi soliste et accessoirement ex-ECM) la composition d’une pièce hommage d’une demi-heure. Tout cela pour deux petits concerts entre amis, devant plusieurs milliers de personnes, gravés sur le disque qui nous intéresse aujourd’hui.

Pour être honnête, je ne connaissais absolument pas Eberhard Weber jusque-là. Je trouvais même fou qu’une telle sauterie puisse avoir lieu dans ces conditions pour un nom qu’humblement je n’avais jamais entendu. Mais ce qui est fabuleux avec cet album, c’est qu’on découvre par des chemins de traverse un pilier, sage aux longs cheveux blancs, sorte de gardien du temple. Entre les interventions des solistes, de l’orchestre et une certaine célébration du son de basse à la Weber (et à travers lui aussi le fameux son ECM), on passe un moment absolument délicieux. J’ai découvert des sonorités jazz jamais entendues auparavant (le cor anglais de Paul McCandless, l’euphonium d’Ernst Hutter), redécouvert des instruments magnifiques (le vibraphone de Burton, auquel un Fender Rhodes n’aurait rien à envier), et j’ai mesuré pleinement pourquoi on parle de « jazz de chambre » chez le label teuton, même en présence d’un big band. Tout ceci méritera bien une petite interrogation surprise, non ? Et tel Jacques Martin, je vous mettrais 10/10 à tous. Sous vos applaudissements !

 

Quelques extraits du concert « Hommage À Eberhard Weber »


6 titres / 69 mn (ECM) – Sortie le 11/09/2015

Pat Metheny : Guitares – Jan Garbarek : Saxophone soprano – Gary Burton : Vibraphone – Scott Colley : Contrebasse – Danny Gottlieb : Batterie – Paul McCandless : Cor anglais, saxophone soprano – Klaus Graf : Saxophone alto – Ernst Hutter : Euphonium – SWR Big Band

Produit par ECM & SWR

En savoir plus : www.ecmrecords.com


2 Comments on “Collectif ECM : Hommage À Eberhard Weber

  1. Et si je dis que SWR ça veut dire SudWestRundfunkt, j’ai droit à la moyenne ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.