Globular : Holobiont


DE LA NOURRITURE POUR L’ESPRIT

Pochette de Holobiont par GlobularGlobular, c’est un peu comme le premier croc dans la tartine au chocolat du matin (ou dans le camembert au fond du frigo après une fin de soirée arrosée) : ça glisse tout seul, ça ragaillardit et ça libère plein de sérotonine dans le corps !

 

Quand on sait que Globular essaime actuellement dans les festivals de musique et d’arts psychédéliques, il est difficile d’imaginer que ce producteur basé à Bristol a eu le punk pour amour de jeunesse. Ayant arrêté l’école à seize ans, Morison Bennett se fait aujourd’hui architecte de paysages intérieurs aux côtés des artistes psydub qui l’ont inspiré, comme Shpongle ou Ott, mais également psytrance/goa aux beats au moins deux fois supérieurs au rythme dub/downtempo de ce dernier. Ce qui relie le public de ces festivals au cadre paradisiaque et surréaliste et aux genres musicaux pourtant différents – au-delà de l’attrait pour le nectar et l’ambroisie qui s’y consomment aisément, bien sûr ! – c’est bel est bien la stimulation des sens et la (re)connexion avec la nature… C’est à dire avec soi-même. Pour beaucoup de festivaliers venus goûter ces menus plaisirs, la musique se vit pied-nus : personnellement, sentir l’herbe sous mes orteils ou fouler les vagues qui s’échouent sur le rivage est quelque chose que j’ai pu expérimenter mentalement avec Globular, et ce depuis mon canapé – grâce à ses samples de bruits de la nature, mais aussi à travers ses sons torsadés, ses lignes de basse fermes et confiantes, ses instruments de musique du monde et ses chants ethniques chargés en émotions.

Mais il est vrai que la puissance évocatrice de cette musique venue d’ailleurs prend une dimension encore plus sensorielle en live : les diffuseurs d’odeurs, l’impact visuel des décors, la maîtrise totale des transitions entre les morceaux, tout cela contribue à créer une ambiance apaisante où chacun est livré sereinement à sa propre introspection. L’imagination fait le reste. « Holobiont », le huitième opus de Globular, m’a en tout cas bien rassasiée en vibrations positives cet été : son groove « psy-chill » (ou musique ambiante psychédélique) aux accents dub a constitué ma dose quotidienne de vitamine D et m’a fait voyager sans même quitter ma couette… tout cela en laissant les messages de paix intérieure et universelle me masser paisiblement la tête : « And this is why I find nihilism liberating and emboldening. If you can really picture the nothingness that awaits you, then what is there to be afraid of ? Errors and humiliations will be forgotten, but great achievements may not. We may have no meaning in the cosmic context of the universe, but we make our own meaning with each other. And this is the thought that leads to action. Your days are numbered. You don’t know what that number is but it’s finite, so : get busy with what it is that you want to do. Time is running out. » (Derek Miller, samplé dans son titre Overcoming Occhiolism). Qui a dit que l’électro n’avait pas de message ?

 

L’audio de Emergent Resurgence, extrait de « Holobiont »


8 titres / 80 mn (Autoproduit) – Sortie le 07/04/2016

Morison Bennett : DJ – Chris Charles : Flûtes – Colin Bennun : Mastering – Benoit Bennett : Artwork, design – Shanti Planti : Collaboration

Produit par Globular

En savoir plus : www.globular.bandcamp.com/album/holobiont


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *