Kamilya Jubran & Sarah Murcia : Habka


NOMADES EN LIBERTÉ

Pochette de Habka par Kamilya JubranEn 1980, se fonde en Palestine le groupe Sabreen, probablement un des groupes les plus importants de la région, militant pour le droit des Palestiniens à vivre en paix dans un État qui soit le leur. En 1982, le groupe est rejoint par Kamilya Jubran, chanteuse et joueuse de oud, passionnée de poésie arabe, et portée vers l’expérimentation.

Nhaoul’, en 2013, était l’album de la révélation de sa collaboration avec la contrebassiste Sarah Murcia, issue du milieu du jazz et des musiques improvisées. En 2017, Habka continue de creuser le sillon d’une musique libre et détachée des références obligées de la musique orientale. Je ne suis pas sûr de ne pas faire un contresens sur la formule de George Steiner : « Un arbre a des racines, un homme a des jambes et j’ai tendance à considérer cela comme un progrès », mais, intuitivement, je sens que c’est quelque chose comme ça qui se trame dans ce disque.Complétée par un trio à cordes (violon, alto, violoncelle), la musique ne présente aucun des clichés que notre imaginaire paresseux associe à la musique arabe. Si votre tasse de thé est plutôt parfumée à la menthe, avec dattes, sable et (transgression ultime) arak, ce disque vous fera peut-être fuir. Musique et textes laissent sourdre une inquiétude rampante où des visions d’exil et de frontières se glissent dans tous les interstices d’un enregistrement magistralement réalisé par Philippe Teissier du Cros en septembre 2016. Avec ces phrases fascinantes dans la dernière pièce de l’album : « Pourquoi ne vieillis-tu pas comme tu dois vieillir ? Pourquoi ton vieillissement ne serait-il pas juste à toi sans contamination des écrans, des histoires et des guerres ? Qu’est donc ce monde où se ressemblent les êtres et les choses ? Puis il a murmuré que c’était l’enfer, puis il s’est rendu compte que c’était le lieu où il n’y avait plus rien qui lui ressemble. » (Paul Chaoul). Si vous êtes comme Bertrand D, à considérer que le monde ne va pas si mal, que les choses vont invariablement s’arranger, que tout cela est à examiner de loin, avec distance, avec une touche « la bave du crapaud n’atteint pas la blancheur de la colombe », tout ceci vous semblera peut-être ridiculement dramatique. Mais si vous pensez, comme moi, que certains disques devraient être remboursés par la Sécurité Sociale, que ce monde ne va décidément pas bien et que… Pardon ? Ah! oui, c’est vrai, j’oubliais, Bertrand D, c’est moi…

Le teaser de l’album


6 titres / 41 mn (Abalone Productions) – sortie le 22/09/2017

Kamilya Jubran : voix, oud – Sarah Murcia : contrebasse – Régis Huby : violon – Guillaume Roy : alto – Atsushi Sakaï : violoncelle

En savoir plus : www.kamilyajubran.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *