The Lemon Twigs : Go To School


LES SINGES SAVANTS

Pochette de Go To School par The Lemon TwigsLorsque que j’ai reçu cet album par voie postale (c’est ça d’aller vivre aux bords des Cévennes, et donc de ne plus avoir de disquaire proche), j’avais moi aussi repris le chemin de l’école, du moins en formation professionnelle au sein d’un lycée. Ou quand la fiction rencontre la réalité.

 

Les Veilleurs étant en alerte musicale chaque jour que le non-Dieu fait, nous vous avions, dès la sortie de leur premier opus en 2016, averti du talent plein de promesses de ces deux jeunes frères américains biberonnés au rock et à la pop des 60’s et 70’s. Ils nous reviennent après un EP l’année dernière, avec rien de moins qu’un double album de quasiment une heure se présentant d’après eux comme une bande-son narrant l’histoire de Shane, un singe fréquentant une école ! Les deux frangins se refusent pour l’heure à parler d’album-concept ou de comédie musicale. En fait, ils avouent volontiers que l’histoire n’est venue qu’au terme de l’élaboration des titres. Qu’importent donc les aventures de Shane, puisque vous êtes certainement comme moi plus attirés par la musique que par les textes. Sérieux, qui a bien saisi l’histoire de « Tommy », l’opéra rock signée Pete Townshend ?

La qualité de ce double album le place déjà dans les meilleures productions de cette année. A l’heure du zappage en piste mp3 et du découpage des disques, les frères d’Addario ont réussi à sauver l’idée d’un album magnifiquement construit mais pouvant aussi s’écouter piste par piste. Prenez dans l’ordre (ou pas) les seize petites perles aux ambiances rock (Queen Of My School), cabaret (Born Wrong/Heart Song), pop sirupeuse de cordes (les quasi seuls instruments qu’ils laissent pour l’instant à d’autres) aux notes « Bowie » période Ziggy (The Fire), glissant aussi vers le Rocky Horror Picture Show (Rock Dreams). C’est un ensemble très réussi, jamais indigeste malgré la diversité des styles. On n’a pas l’impression que cet album radote, bien que l’atmosphère musicale du duo nous plonge tout droit dans le meilleur des albums « du temps béni » des sixties/seventies. Ainsi, je réitère mon avis d’il y a deux ans, en ces temps où les anciens tombent comme les feuilles des arbres (Marty Balin, Otis Rush), je crois bien que Todd Rundgren (invité ici sur deux petites parties vocales) et le batteur de Big Star (The Student Becomes The Teacher) partiront avec le cœur soulagé : la relève est là et elle sait faire le boulot à domicile en plus !

 

The Lemon Twigs interprètent The Fire chez Jimmy Kimmel


16 titres / 58 mn (4AD) – Sortie le 24/08/2018

Brian d’Addario : Voix, guitares, mandoline, piano, orgue, basse, batterie, percussions, violoncelle – Michael d’Addario : Voix, guitares, banjo, piano, basse, batterie, percussions, cloches – …

Produit par Brian & Michael d’Addario

En savoir plus : www.thelemontwigs.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.