Yuck : Glow & Behold


LINGE SALE EN FAMILLE

Pochette de Glow & Behold par YuckIl y a une dizaine d’années maintenant, par un beau matin printanier, j’avais rendez-vous avec la musique tout aussi printanière de Sonic Youth. Je venais de m’offrir pour je ne sais quelle occasion (mes Pâques peut-être… ?), l’album « Washing Machine », datant de 1995.

 

Je découvrais alors les déflagrations bruitistes du tandem Kim Gordon/Thurston Moore, les yeux écarquillés et le gosier asséché par tant d’aridité rock. « Washing Machine », un titre à l’évidence parfaite tant il évoque le caractère décapant de la musique du combo new-yorkais, m’avait ébloui par son urgence et son mélange des sonorités expérimentales et rock. Vingt ans plus tard, ce sont les même explosions de guitares, les mêmes distorsions et les mêmes murs de son que je retrouve dans la musique de Yuck, quatuor britannique originaire de Londres encore jeune mais tellement prometteur. D’autant plus que rien n’était pourtant écrit pour la bande de Max Bloom. Propulsé leader malgré lui après le départ de son pote Daniel Blumberg, parti créer sa propre musique sous d’autres cieux, et ce alors même que l’étape importante du sacro-saint deuxième album était à peine engagée, le guitariste et son groupe enregistrent malgré tout un disque intense.

La section rythmique (Mariko Doi à la basse et le chevelu Jonny Rogoff aux fûts) imperturbable et hyper efficace, alliée à la voix discrète de Bloom me semblent presque servir de points de repère rassurants pour l’oreille curieuse qui veut se laisser aller à un voyage en apesanteur dans le monde de la fée électricité faite décibel(le) magique. Au cours d’un disque travaillé et pointu, la pression de fait sentir, l’énergie est toujours présente et même lorsque les cuivres ou les guitares acoustiques se font entendre, les bourrasques de vents violents ne sont jamais très loin. Avec des titres aussi opportuns que Lose My Breath, Out Of Time ou Rebirth, les londoniens se posent à leur tour en défricheurs de nouvelles textures et donnent grandement envie d’entendre la suite des opérations. Cette fois, c’est sûr, mes oreilles n’attendront pas dix, ni vingt ans…

 

La vidéo officielle de Middle Sea


11 titres / 46 mn (Caroline) – Sortie le 30/09/2013

Max Bloom : Voix, guitares – Ed Hayes : Guitares, claviers – Mariko Doi : Basse – Jonny Rogoff : Batterie

Produit par Chris Coady

En savoir plus : www.yuckband.com


3 Comments on “Yuck : Glow & Behold

  1. Pingback: LE A : Pale Echo | LesVeillesMusicales

  2. Pingback: CYMBALS EAT GUITARS : Lose | LesVeillesMusicales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.