Thomas Fersen : & The Ginger Accident


Z’AVEZ PAS VU THOMAS ?

Pochette de Thomas Fersen & The Ginger AccidentIl est toujours aisé d’entendre une quelconque inspiration à l’écoute d’une œuvre musicale. Aussi lointaine soit-elle. Et de disserter longuement sur le bien fondé de telle ou telle relation arbitraire, enfermant tout son petit monde dans d’étroites cases et cédant à la facilité de certains raccourcis pas toujours très opportuns.

 

Oserais-je dire alors qu’à bien écouter le dernier album de ce poète du quotidien qu’est pour moi Thomas Fersen, j’ai cru déceler certaines réminiscences de ces grands films des années 60 et 70 (oui oui, les mêmes que ceux dont je vous parlais au sujet du dernier Jef Barbara) et de certains tubes du regretté Nino Ferrer. Un peu comme si Mirza et Gaston rencontraient aujourd’hui le Gendarme de Saint-Trop’. Un univers musical que l’on doit à Cédric De La Chapelle et son Ginger Accident, qui avait déjà créé la sensation en 2009 aux Transmusicales de Rennes, à travers la découverte du crooner indien Joseph Rocha alias Slow Joe. Et question crooner, l’original Fersen se pose là. Si sa voix éraillée de fumeur de Gitanes et son imagination débordante font la moitié du travail, sa récente rencontre avec les jeunes lyonnais fait alors le reste.

Et nous voici donc conviés à visiter une galerie de portraits comme seul ce paresseux autoproclamé sait en créer : tour à tour valet, boxeur ou curé, les personnages de Fersen illustrent à merveille son sens de l’humour au 147ème degré. Et celui dont on ne connaît même pas le vrai nom n’en finit pas de m’impressionner par la richesse débordante de son imaginaire, qu’il marie délicieusement avec la musique vintage et pêchue du combo invité sur ce neuvième disque du chanteur français. Entre rires et larmes, ce dernier prouve à mon sens qu’il reste une grande pointure (taille 48) de la chanson française dans ce qu’elle a de plus débridé, les musiques soulignant des textes plus efficaces que jamais, qui font  mouche à chaque estocade. Et à la fin de l’envoi… il touche !

 

La vidéo officielle de Mais Oui Mesdames


11 titres / 34 mn – (Tôt Ou Tard) – Sortie le 23/09/2013

Thomas Fersen : Voix – Cédric De La Chapelle : Guitares, choeurs – Denis Troufleau : Wurlitzer, Farfisa – Alexis Morel Journel : Basse, guitares – Josselin Varengo : Batterie, percussions – Chaitee Roy & Béatrice Morel Journel : Voix, choeurs – ArtDeko : Cuivres

Réalisé par Cédric De La Chapelle

En savoir plus : www.thomasfersen.fr


One Comment on “Thomas Fersen : & The Ginger Accident

  1. Pingback: FRANK FEUTRÉ : Les Extrêmes | LesVeillesMusicales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.