Fool’s Gold : Flying Lessons


MIXITÉ JOVIALE

Pochette de Flying Lessons par Fool's GoldNotre pays traverse décidément une grave crise. Après le Front National en mars, c’est le thermomètre qui réalise des scores jamais vus en avril. Non seulement on risque de se découvrir de plus d’un fil, mais on hésite aussi de plus en plus à prendre ses congés d’été au printemps.

La crise, je vous dis. Heureusement, Fool’s Gold est là. Et pour rester dans une ambiance estivale, j’ai pensé qu’il était de bon ton de faire le tour du propriétaire, chez ces californiens empêtrés avec les clichés rudimentaires que leur belle région exerce sur nous, de ce côté-ci de l’Atlantique (Comment ? Tous les californiens ne font pas du surf ?). Dans l’immeuble Fool’s Gold cohabite toute une tribu de musiques aux origines bien mélangées. Le voisin du dessous est spécialiste du funk blanc, celui d’à côté joue une sorte de pop lancinante et hypnotique alors qu’au-dessus la batterie et les percussions crèvent le plancher. Quand tout ce petit monde se réunit sur le toit de l’immeuble pour un bœuf d’anthologie, ça donne « Flying Lessons », troisième album du collectif emmené par Luke Top (le Top of the pop, c’est sûrement lui) et Lewis Pesacov.

Pour faire court, c’est un peu comme si les Red Hot Chili Peppers (dont ils firent la première partie en 2011) rencontraient Tinariwen (les deux vouent une passion aux musiques d’Afrique de l’ouest). Il suffit alors de relire la chronique de Bertrand D au sujet du groupe malien pour comprendre tout le jeu de miroirs que représente l’afro-pop de Fool’s Gold. Les guitares au son toujours clair, les chœurs semblant sortir tout droit du désert et les rythmiques chaloupées participent à ce mimétisme d’une musique world qui elle-même « emprunte au rock une part de son instrumentation ». Ajoutons à cela un peu d’hébreu (héritage des origines de Luke Top, et souvenir de leur premier disque intégralement dans cette langue) et les proportions sont parfaites pour une musique aussi joyeuse que mystérieuse, toujours addictive. Quand je pense que je l’ai découverte par hasard, en même temps qu’une suspicion de diabète… La crise, je vous dis.

La vidéo officielle du single d’ouverture I’m In Love


10 titres / 47 mn (Yotanka) – Sortie le 27/04/2015

Luke Top : Voix, basse – Lewis Pesacov : Guitares, claviers, chœurs – Garrett Ray : Batterie, chœurs – Salvador Placencia : Percussions, chœurs

En savoir plus : www.foolsgoldla.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *