All Them Witches : Dying Surfer Meets His Maker


GÉNÉALOGIE D’UN GROUPE DE STONER

Pochette de Dying Surfer Meets His Maker par All Them WitchesUne oreille distraitement tendue vers « Dying Surfer Meets His Maker » un matin de printemps comme un autre et c’est tout mon corps qui se met à trembler. L’absorption est immédiate, j’ai la sensation que quelque chose se déplace dans mes vaisseaux, mes organes commencent à se dilater, je vais muter, je vais…

 

All Them Witches, en véritables alchimistes, m’ont transformée en arbre. Ou en éponge. C’était pas marqué dans la notice de « Dying Surfer Meets His Maker », leur avant-dernier opus en date : du rock psychédélo-stoner-hard-blues-progressif – haaaa, zbim les étiquettes ! -, c’est tout l’effet d’une potion juteuse qui répand sa sève jusque dans les orteils et dont la composition a dû être sacrée par quelque excellente formation musicale lorsque l’inspiration l’agitait, peut-être bien lors de l’âge de pierre. Il est vrai que nos sorciers de la musique ont des airs de Queens Of The Stone Age… moyennant quelques savantes transmutations : prenez les reines californiennes du Stone Age, ôtez les structures couplet-refrain, mélangez avec quelques sucs psychédéliques, ajoutez quelques tirades de violon et bouffées d’harmonica, ne lésinez ni sur les solos ni sur les arpèges, sans oublier l’écorce de chêne et la racine de mandragore, montez le volume du synthé, et le philtre magique est prêt.

Au pied de leurs montagnes du Tennessee, les Nashvilliens aimeront emprunter quelques virages-surprise d’une rythmique et d’un genre à un autre. Après un morceau hard-stoner, ils chériront par exemple une longue halte dans une clairière où coule un ruisseau et où dorment de vieilles pierres. Dérivant sur une ballade blues-rock, les alchimistes du rock stoner partiront en quête de pierres à transmuter et de courants à inverser. Guidés par leur talisman, ils auront glissé sur un terrain celtique avant de tronquer de nouveau leur mode acoustique contre un mode électronique. « I’ve been sleeping / On the ground / Far too long / Under my stone / Shed some light / Move your magic / Take some time / And show me how / Talisman / Every stone / I could turn / Every stream / I held in my arms / Shed some light / Move your magic / Take some time / And show me how / Call me … » (extrait de l’incontournable Talisman). Méditant près de mon rocher, je vois la guitare électrique tailler la pierre, l’acoustique qui la ponce, le violon qui la polit, la basse qui l’enveloppe, le synthé qui finit par s’insurger, et mes pensées s’envoler. Roule, roule, roule, stoner rock !

 

La vidéo officielle du single Dirty Preachers


9 titres / 45 mn (New West Records) – Sortie le 30/10/2015

Charles Michael Parks, Jr. : Voix, guitares, basse – Ben McLeod : Guitares, guitare slide, synthés – Allan Van Cleave : Claviers, violon – Robby Staebler : Batterie – Mickey Allred : Synthés – Mickey Raphael : Harmonica

Produit par Mickey Allred

En savoir plus : www.allthemwitches.org


2 Comments on “All Them Witches : Dying Surfer Meets His Maker

  1. Mais de quel droit on vient marcher sur les veilles musicales de Maxime C ?
    Bravo pour ce groupe et cette chronique !

    Maxime C

    • C’est toujours un plaisir de marcher sur tes plate-bandes, Maxime C ^^ =p

      Merci pour ton commentaire ! =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *