The Pains Of Being Pure At Heart : Days Of Abandon


TINTIN AU PAYS DES MAUVIETTES

Pochette de Days Of Abandon par The Pains Of Being Pure At HeartVérifions aujourd’hui qu’il ne faut pas forcément avoir une tronche de taulard, une voix de fumeur de Gitanes ou un nom à coucher dehors (et je sais de quoi je parle) pour faire de la bonne musique et sortir du lot.

En publiant il y a peu son troisième album, c’est en effet un beau pied de nez que The Pains Of Being Pure At Heart (vous avez dit coucher dehors ?) faisait à tous les gros bras sans cervelle. Alors que leur précédent effort sentait la testostérone et le shoegaze à plein nez, « Days Of Abandon » aligne lui les refrains entêtants et les titres survitaminés. Mais attention, il convient cependant de ne pas tomber dans le piège d’une musique à l’apparente facilité. Premier chef d’œuvre du disque, la pochette que l’on doit à la jeune artiste sud-coréenne Jinju Lee m’avait mis la puce à l’oreille (la gauche bien sûr, mon côté de prédilection) sur les tenants et aboutissants d’un disque réellement court mais très faussement puéril. Contrastant avec la balade d’ouverture Art Smock, les rythmiques s’enquillent l’une après l’autre sans faiblir, l’allure et la voix diaphane de Kip Berman donnent le ton et très vite on a presque l’impression d’assister aux répétitions d’une bande de potes tout droit sortie d’un lycée américain comme seules les séries de notre adolescence savent en faire.

Et voici comme une sorte de pop ligne claire – à l’image de la BD belge d’après-guerre -, apportant à mes yeux une réelle bouffée d’air frais là où beaucoup d’autres déplorent un disque trop mou et des chansons taillées pour aller à l’assaut des charts. C’est finalement en lisant une interview du leader que je réalise une partie de l’erreur d’appréciation que nous autres, blogueurs en herbe, pouvons commettre. Car la bande à Berman l’avoue sans faux semblant, leur musique est faite pour plaire. Alors pourquoi toujours opposer succès populaire, simplicité et qualité musicale sans réfléchir un peu plus loin ? Qu’en diraient les Beatles ? Qu’en penserait Hergé, mille millions de mille sabords ?

La vidéo officielle du single Simple And Sure


10 titres / 37 mn (Fierce Panda Records) – Sortie le 02/06/2014

Kip Berman : Voix, guitares – Kurt Feldman : Batterie, percussions, synthés, programmations, choeurs – Alexander Naidus : Basse – Jen Goma : Voix, choeurs – Kelly Pratt : Cuivres – Andy Savours : Programmations, synthés

Réalisé par Andy Savours

En savoir plus : www.thepainsofbeingpureatheart.com


3 Comments on “The Pains Of Being Pure At Heart : Days Of Abandon

  1. Pingback: LE A : Pale Echo | LesVeillesMusicales

  2. Pingback: CYMBALS EAT GUITARS : Lose | LesVeillesMusicales

  3. Pingback: ALEXIS TAYLOR : Await Barbarians | LesVeillesMusicales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.