Mystery Jets : Curve Of The Earth


JET-SET ET MATCH

Pochette de Curve Of The Earth par Mystery JetsJe suis un diesel, un artisan de la chronique et je n’en n’écris pas en vingt minutes, comme ça sur un coin de table. D’ailleurs j’ai commencé à travailler sur cet article-ci il y a pile une semaine. C’était la Journée de la Terre et la mort de Prince secouait alors le monde entier.

 

Je noyais donc mon chagrin dans le café tout en veillant une nuit blanche en l’honneur de l’icône pop du Minnesota, chantonnant : « purple rain, puuurple rain… ». Nan, j’déconne. Si je ne dormais pas, c’est surtout que j’avais du boulot. Mais, reprenant le fil de mes découvertes, je laisse derrière moi l’île de la Réunion pour remonter aujourd’hui beaucoup plus au nord et poser le pied sur Eel Pie Island. Encore une île, me direz-vous ? Oui, mais celle-là se trouve dans le quartier de Twickenham à Londres. Patrie de la blonde Anna Calvi notamment, le quartier – et l’île en question – abritaient jadis un hôtel de renom, le Eel Pie Hotel (original, n’est-ce pas ?). Et dans la salle de bal de cet hôtel se produisit toute la crème du rock anglais au début des années 60 : The Who, The Yardbirds, The Rolling Stones, Pink Floyd… la crème, je vous dis. En 2016 cependant, ze groupe stationné à Eel Pie Island, c’est Mystery Jets. Vous ne connaissez pas ? Je suis là pour ça.

Fondé en 2004 par un père (qui ne participe désormais plus aux tournées, leur préférant le travail en studio), son fils et les potes de son fils, le combo a connu différents changements de line-up depuis ses débuts. Mais fortement influencés par le rock progressif à la Pink Floyd ou Supertramp, Mystery Jets prouve surtout combien la production d’un artiste est alimentée par l’univers dans lequel il baigne lui-même. En effet, les garçons enregistraient leur précédent album « Radlands » en plein Texas américain, et la musique s’en ressentait, avec des couleurs folk et une ambiance très americana. Redevenant aujourd’hui simplement eux-mêmes, ils reviennent à la maison pour accoucher d’un disque somptueux, aux relances grisantes et aux sonorités électrisantes, avec des chœurs magiques et tout le tintouin. Alors, pourquoi ce disque-là plutôt qu’un autre dans le riche catalogue du label Caroline de ce printemps ? Sûrement pour parler d’un bon groupe qui joue sa propre musique, avant qu’ils n’aillent enregistrer un disque de fado au Portugal, de qawwali en Iran ou de maloya à la Réunion. Même si la boucle serait ainsi bouclée.

 

La vidéo officielle du single Bubblegum


9 titres / 48 mn (Caroline) – Sortie le 15/01/2016

Blaine Harrison : Voix, guitares, claviers – William Rees : Guitares, chœurs – Jack Flanagan : Basse, chœurs – Kapil Trivedi : Batterie – Henry Harrison : Guitares

Produit par Matthew Twaites & Mystery Jets

En savoir plus : www.mysteryjets.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *