The Pigeon Detectives : Broken Glances


ON N’EST PAS DES PIGEONS !

Pochette de Broken Glances par The Pigeon DetectivesDécidément, le très gracieux royaume de sa Majesté m’étonnera toujours autant. Je connaissais déjà sa reine justement, sa jelly ou son Brexit. Imaginez que maintenant les volatiles s’y font détectives, et en musique siouplaît. Elémentaire, mon cher Pigeon !

 

En même temps, l’Angleterre n’est-elle pas le berceau historique des Frère Cadfael, Miss Marple ou Simon Templar, alias le Saint ? Si j’ai un peu de mal à imaginer ces pigeons détectives face au chien des Baskerville (même épaulés par Titi, Maître Hibou et Pingu réunis), je veux bien leur laisser le bénéfice du doute, armés cette fois d’un micro et d’une six-cordes. The Pigeon Detectives sont nés à Leeds au début des années 2000 et ont connu un succès fulgurant outre-Manche, avec tous les affres que cette pression peut amener, surtout quand on est un groupe de rock au pays des Beatles & Stones. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les cinq garçons n’ont eu de cesse de se chercher un son en se remettant constamment en question, quitte à perdre un peu en compréhension, ce qui explique peut-être en partie que le groupe n’a jamais su totalement se faire une place au soleil (en même temps, en Angleterre…). Toujours est-il qu’aujourd’hui, le quintette sort son cinquième album et si j’émets  moi-même certaines réserves, j’ai malgré tout été assez séduit par le rock très british de la bande à Matt Bowman.

Alors autant le dire toute de suite : il ne faut s’attendre à rien d’extrêmement original ici, ce n’est vraiment pas le but. Les jeunes gens font du rock et ils sont surtout là pour en perdurer une certaine vision, entre riffs de guitares acérées et batteries qui cognent, s’appuyant souvent sur des lignes de basse solides. Alors pourquoi ce disque et pas un autre, me direz-vous. Eh bien, j’ai aimé la voix de Bowman, l’utilisation du silence dans la musique de ces cinq-là et bizarrement le fait de sentir à tous moments que ce groupe est capable du meilleur, même si l’on n’en entend ici souvent que les esquisses et les promesses. Bref, ces Regards Brisés si justement nommés me ramenaient trois ans en arrière, alors tiraillé entre les bonnes et les mauvaises surprises de deux albums des Américains de Band Of Horses (dont le style est d’ailleurs tout à fait comparables). Capables d’une folle inventivité sur « Infinite Arms », le groupe de Ben Bridwell s’affadissait pour moi grandement sur le « Mirage Rock » suivant. Comme quoi il faut bien souvent savoir prendre des risques. Et en ces temps d’élections inédites et de choix difficile, ne soyons pas des pigeons, mais plutôt des oiseaux qui ne se cachent pas pour l’ouvrir.

 

La vidéo officielle du single Enemy Lines


10 titres / 42 mn (Dance To The Radio) – Sortie le 24/02/2017

Matt Bowman : Voix – Oliver Main & Ryan Wilson : Guitares – Dave Best : Basse – Jimmi Naylor : Batterie

Produit par Richard Formby

En savoir plus : www.thepigeondetectives.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *