Toto Bona Lokua : Bondeko


DÉJÀ LES VACANCES !

Pochette de Bondeko par Toto Bona LokuaPuisque les dieux de l’informatique nous laissent un peu de répit, j’en profite aujourd’hui pour vous présenter cet album qui m’a fait rebondir de surprise en surprise : Bondeko.

 

Évidemment le premier effet, chez moi, c’est toujours l’écoute. Je commence toujours par là, sans même lire la pochette. Seulement le nom des auteurs, et ici, comme j’avais un de mes chouchous (Richard Bona), je me disais que je ne prenais pas grand risque. Et immédiatement, l’album se présente à mes oreilles comme une évidence. Titre après titre, je ne sais plus d’où vient cette musique (en musique et en littérature, j’adore quand on ne sait pas où on est ! mais uniquement dans ces domaines ;-)). Est-ce le Cameroun de Richard Bona et sa voix tout en finesse ? Est-ce le créole charmeur du martiniquais Gérald Toto ? Quoi qu’il en soit, les trois musiciens ne font qu’un. À tel point que je peine à repérer le Congolais Lokua Kanza que je ne connais pas par ailleurs.

Les rythmiques variées et envoutantes s’enchainent. Je me trémousse sur ma chaise ou je me laisse aller à une rêverie bienvenue en ce mois chargé (vous savez, les fêtes d’écoles, les budgets à finir, la déclaration d’impôts : du sympa et de la corvée pour s’équilibrer !). Et puis je passe à l’étape suivante et pour vous écrire ces quelques lignes, quand même je me renseigne. Je découvre alors que Bondeko signifie « fraternité » en lingala. Les langues des uns et des autres se suivent d’ailleurs dans une grande musicalité. Découverte supplémentaire, le site de No Format! (décidément, j’aime beaucoup ce label) parle de contagion entre les musiciens. Et c’est bien de cela qu’il est question. La barrière de la langue n’est qu’imaginaire, pour que la sauce prenne et que la fraternité parle, il faut probablement se laisser contaminer par son voisin. Des virus comme celui-ci, j’en veux bien !

 

Ma Mama, le clip officiel de « Bondeko », une rêverie de plus !


11 titres / 41 mn (No Format!) – Sortie le 03/11/2017

Gérald Toto : Voix, percussions – Richard Bona : Voix, basse, guitares, claviers, percussion – Lokua Kanza : Voix, claviers, guitares, flute

Pour en savoir plus : www. noformat.net


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.