Midnight Colors : Back To Life


CHAT, LEURRE D’AFRIQUE ?

Pochette de Back To Life par Midnight ColorsPour un blog comme Les Veilles Musicales, qui revendique une attirance certaine pour la nuit et ses couleurs si particulières, quoi de mieux que le premier EP d’un groupe qui se fait appeler Midnight Colors. Pour moi, c’était déjà tout un programme.

 

Et nul besoin d’être nyctalope pour saisir chaque contour d’une musique savamment métissée. Plantons le décor : il est tard et vous vous promenez dans les rues de Belleville. L’âme vagabonde et les sens en éveil, vous vous laissez guider par les sons qui, tout en sortant du bar voisin, semblent venir d’ailleurs, de beaucoup plus loin. Après avoir commandé un mojito, vous vous noyez dans la musique que le groupe crée devant vous. Le voyage peut alors commencer. Midnight Colors, c’est l’alchimie entre deux extrêmes, Arnaud Fournier et Nelly Wandji. Si le premier est un fils de chef d’orchestre, premier prix de clavecin, passé notamment par le conservatoire de Caen, la seconde est une parfaite autodidacte, élevée au son de la rumba congolaise et du makossa camerounais. Et c’est lorsque la Normandie débarque à Paris que la rencontre peut avoir lieu, au cours de jams parisiennes organisées par l’un et écumées par l’autre.

Ce prélude à l’histoire de Midnight Colors doit être raconté. Parce qu’il est improbable mais surtout parce que la musique du combo parisien y puise véritablement sa source. A l’écoute de ce premier EP, j’ai ressenti toutes les émotions que la nuit peut provoquer en moi, dans son éventail le plus large, passant de la fête colorée (Back To Life) à la mélancolie de nos errements existentiels (The Road To Myself). Soul, jazz et world s’y agrègent en un patchwork de quinze minutes. Et quinze minutes, c’est court. C’est en moyenne le temps qu’un Français passe dans sa salle de bain. Cela suffit pourtant ici – entre un gel douche, une brosse à dents et un blaireau donc – à envisager en entier l’univers d’un groupe qui a en fait déjà fait ses preuves : séparément, les uns et les autres ont accompagné Fatoumata Diawara, Salif Keita, Magic Malik, Winston McAnuff et bien d’autres. A elle seule, The Road To Myself est le C.V. (pour curriculum vitae autant que carte de visite) idéal. Elle réunit tous les ingrédients du métissage selon Midnight Colors : rythmique groovy à souhait, dépouillée mais juste, voix de diva soul, arpèges d’une kora venue d’ailleurs et scratchs bien d’ici. Alors même loin de Belleville et sans mojito, il faudra attendre l’album – prévu début 2017 – pour enfin une nuit retomber sur nos pattes. Miaouuu.

 

La vidéo officielle du single The Road To Myself


4 titres / 15 mn (18H48) – Sortie le 03/06/2016

Nelly Wandji : Voix – Arnaud Fournier : Claviers – Alex Legrand & Mathilda Haynes : Guitares – Thierry Negro & Kouame Taby : Basse – Hubert Motteau & Pierre Mangeard : Batterie – Danny Seh : Percussions – Vincent Aubert : Trombone – Charly Amadou Sy : Scratchs – Clémence de Tournemire : Choeurs

Réalisé par Arnaud Fournier

En savoir plus : www.midnightcolorsmusic.bandcamp.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *