Villagers : {Awayland}


TOUJOURS PLUS LOIN

awayland-lesveillesmusicalesOn retrouve Conor J. O’Brien, en sensible capitaine de navire de ce groupe irlandais, pour un deuxième album inspiré et vaste tout comme les espaces qu’il explore. My Lighthouse, petite perle de ballade guitare sèche et voix annonce le voyage.

On se dit alors que l’on va voguer à travers un album folk intimiste à l’élégance d’un Nick Drake, une brise nostalgique faisant écho à leur premier album « Becoming A Jackal ». Grave erreur car si la suite est tout aussi subtile, les morceaux surprennent en permanence, enchaînant voluptueux mélange pop électro et folk. O’Brien nous immerge dans une poésie contemplative, usant de ses phrasés façon raconteur d’histoires comme en témoigne le début d’Earthly Pleasure, évoluant vers des gimmicks pop rappelant le travail vocal des anglais Alex Turner et  Miles Kane sur le projet The Last Shadow Puppets. Puis vient le beat électro de The Waves déroulant sa houle instrumentale pour terminer en tempétueux climax saturé. Judgement Call, plus calibré mais néanmoins efficace, lorgne du côté de Death Cab For Cutie avant d’enchainer sur l’entrainant single pop Nothing Arrived. À ce stade, le tumultueux et musicalement cinématographique The Bell finit de m’emporter dans les méandres des textes introspectifs d’O’Brien.

Puis, arrivées au rivage d’Awayland, les vagues font progressivement place à une mer d’écume plus calme mais néanmoins déchirante (In A Newfound Land). Villagers livre ainsi une des plus belles partitions du mois de janvier, mêlant habilement les genres tout en créant une atmosphère onirique. Bien que la voix soit clairement mise en avant à travers les compositions, elle n’est jamais démonstrative et navigue teintée d’une précieuse retenue. Une galette généreuse à forte capacité émotionnelle évocatrice, ne sacrifiant en rien à l’exigence artistique jusqu’au travail graphique de la pochette où une petite tête blonde, regardant au loin, matérialise la pureté juvénile d’un regard posé sur le monde. Les voies qui mènent à cet « {Awayland} » n’étant pas impénétrables, l’album de Villagers vous écouterez et réécouterez.

La vidéo officielle du single Nothing Arrived


11 titres / 43 mn (Domino) – Sortie le 14/01/2013

Conor J. O’Brien : Voix, guitare – Tommy McLaughlin : Guitare – Cormac Curran : Claviers – Danny Snow : Basse – James Byrne : Batterie

Produit par Tommy McLaughlin & Conor J. O’Brien

En savoir plus : www.wearevillagers.com


One Comment on “Villagers : {Awayland}

  1. Pingback: JAMES VINCENT McMORROW : Post Tropical | LesVeillesMusicales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.