Nolwenn Korbell’s Band : Avel Azul


VOSTF

Pochette de Avel Azul par Nolwenn Korbell's BandL’avantage d’écrire des chroniques sur LVM, c’est qu’on voyage tout le temps sans subir les contraintes de transport, hôtel et autre décalage horaire. Parti directement de Corse,  et après une étape sénégalaise, je pose aujourd’hui, sans déverser une once de kérosène, mes écouteurs à l’autre bout du pays.

 

Où ça ? Si je vous dis bigouden, fest-noz et kouign-amann, vous pensez à… ? La Bretagne, bien sûr (un bon point et une image pour ceux qui suivent). Cette terre d’inspiration a vu naître nombre de musiciens renommés au nom chantant : Yann Tiersen, Alan Stivell, Dan Ar Braz, Tri Yann bien sûr, mais aussi les plus pop Renan Luce ou Nolwenn Leroy. C’est que – comme en Corse d’ailleurs – la tradition musicale remonte loin et repose sur des bases caractéristiques à la fois instrumentales et vocales. Plus discrète auprès du grand public, c’est une autre Nolwenn qui retient mon attention, aujourd’hui. En croisant la route de Frank Darcel, guitariste du groupe mythique Marquis de Sade, Nolwenn Korbell explorait un univers qui n’était pas forcément le sien par nature. Mais la musicienne bretonne, comédienne, doubleuse et surtout aventureuse passionnée de rencontre, accentue aujourd’hui un virage amorcé sur son cinquième et précédent opus en mêlant sa voix aux guitares, basses et autres batteries. La différence de taille réside cette fois dans une approche véritablement de groupe puisqu’elle se traduit par le nom même du projet : Nolwenn Korbell’s Band. La fée Morgane n’est plus seule, elle a désormais ses korrigans auprès d’elle.

Si d’emblée, la musique du NKB chatouille les oreilles de l’amateur de musique pop-rock, le deuxième titre Da Belec’h, une balade en langue armoricaine, semble préciser que l’on balancera au long de cet « Avel Azul » entre les univers de Korbell et Darcel. La première compose deux titres et écrit les textes en breton alors que le second compose, écrit, arrange et produit le reste de l’album. Au final, ce sont donc trois chansons en anglais, deux en français et cinq en breton. On aurait vite fait de réduire le disque à un objet de salon (de longère bretonne, donc) mais ce serait sans compter sur l’extrême qualité des compositions et arrangements, la poésie folle des textes (ceux en anglais et français en tous cas, mon breton étant encore assez limité) et la pertinence des interventions des différents protagonistes (la trompette embrumée du jazzman Eric Le Lann ou le génial duo avec le rocker Brieg Guerveno). Un disque qui me fait un peu le même effet que celui ressenti l’année dernière avec la découverte de Christophe Le Menn, alias Krissmenn : une Bretagne décomplexée et bien dans son temps, mais qui tient à garder sa part de sombre mystère et de poésie. Objectif atteint haut la main. Gourc’hemennoù !

 

La balade Da Belec’h


10 titres / 38mn (LATDK) – Sortie le 20/04/2018

Nolwenn Korbell : Voix – Frank Darcel, Xavier Géronimi & Stéphane Kerihuel : Guitares – Ronan O’Luasa : Claviers – Roberto Brio & Cédrick Alexandre : Basse – Pierre Marolleau & Mickaël Bourdois : Batterie – Eric Le Lann : Trompette – Brieg Guerveno : Voix, guitares – Hélène Brunet : Guitare

Produit par Frank Darcel

En savoir plus : www.facebook.com/Nolwenn-Korbells-Band


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.