Ibrahim Maalouf & Oxmo Puccino : Au Pays d’Alice…


LE RETOUR DU CAVALIER BLANC

Pochette de Au Pays d'Alice par Ibrahim Maalouf & Oxmo Puccino27 janvier 1832 : naissance de Charles Lutwidge Dodgson. 7 juin 1855 : le Dr H.G. Liddel est nommé doyen du Christ Church College où Dodgson est sous-bibliothécaire depuis le 14 février. 28 janvier : Charles Dodgson inaugure à Christ Church un cours de mathématiques qu’il assurera jusqu’en octobre 1881.

Les anciens élèves que l’on put retrouver témoignèrent tous qu’ils n’avaient jamais connu professeur plus ennuyeux. 4 juillet 1862 : une journée que Charles Dodgson marquera, selon ses propres termes, « d’une pierre blanche ». Il a obtenu du couple Liddell d’emmener les trois filles de celui-ci faire une expédition sur la rivière. Un certain Duckworth fait office de chaperon. Pour distraire les petites (et particulièrement Alice), Charles improvise une histoire : « Les aventures d’Alice sous terre ». L’histoire de la littérature va bientôt faire un pas de côté. 1865 : Charles Dodgson publie « Alice au pays des merveilles  » sous le nom de plume de Lewis Carroll. André Breton qualifiera plus tard Carroll de « maître d’école buissonnière ». Avec Alice, Charles Dodgson, bègue et gaucher, prend une revanche éclatante sur le monde. 6 janvier 1898 : mort de Lewis Carroll, à Guildford, des suites d’une bronchite. Entre temps, Alice Liddell a eu tout le temps de commettre à ses yeux le pire des péchés : grandir. 1967 : Lewis Carroll se retourne dans sa tombe, après la publication du « Surrealistic Pillow » de Jefferson Airplane. Le groupe fait du très ennuyeux Charles Dodgson le précurseur du psychédélisme dans la chanson White Rabbit. Les champignons qui font grandir ou rapetisser sont remplacés par des pilules…

Novembre 2014 : Lewis Carroll se retourne une nouvelle fois après la publication du « Au pays d’Alice… » d’Ibrahim Maalouf & Oxmo Puccino, ce qui a l’avantage de le remettre à l’endroit. Le disque est la fixation d’un spectacle plus ancien, concert unique présenté au festival d’Ile de France en 2011. Malgré quelques réserves sur la prestation d’Oxmo Puccino, que j’ai connu plus inspiré par le passé, on a plaisir à y croiser tous ces personnages, devenus des classiques au fil du temps, mais tous plus cinglés les uns que les autres, du lapin blanc à la chenille au narguilé, du chat du Cheshire à la Reine Rouge. Sans oublier l’indispensable dodo. Lewis Carroll était bègue et se présentait souvent comme Dodgson : le dodo, c’est lui. Un grand merci au groupe d’Ibrahim Maalouf, à la maîtrise de Radio France et à l’orchestre classique réuni pour l’occasion. J’aurais plein d’autres choses à vous raconter sur le sujet, mais le temps me presse et je suis en retard.

« La Porte Bonheur »


15 titres / 60 mn (Mi’Ster) – Sortie le 18/11/2014

Ibrahim Maalouf : Trompette – Oxmo Puccino : Voix – François Delporte : Guitare –  Franck Woeste : Claviers – Stéphane Galland : Batterie – Laurent David : Basse – La Maîtrise de Radio FranceL’Orchestre Classique

En savoir plus : www.ibrahimmaalouf.com


2 Comments on “Ibrahim Maalouf & Oxmo Puccino : Au Pays d’Alice…

  1. Pingback: HÅKON STENE : Lush Laments For Lazy Mammal | LesVeillesMusicales

  2. Pingback: BEN SIDRAN : Blue Camus | LesVeillesMusicales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.