Awake : As We Fall


RÊVEZ, VEILLEZ

Pochette de As We Fall par AwakeAllez, debout là-d’dans ! Figurez-vous qu’au moment-même où j’écris ces lignes, il est tout juste 5H du mat’. Donc en même temps, Paris s’éveille et j’en ai des frissons. Mais puisque l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, j’ai décidé de ne plus me coucher du tout, et de rester… awake.

 

Encore une fois, j’ai longtemps hésité à chroniquer cet album d’un jeune groupe français, comme son nom ne l’indique pas forcément (comme quoi il ne faut jamais se fier au Zappa rance). Non que la musique ne vaille pas le coup bien au contraire, mais la même question pointe toujours le bout de son petit nez, perfide : « aurai-je quelque chose d’intéressant à en dire ? ». Et puis finalement, à force de patience et d’écoutes, j’ai été séduit par un combo qui tente de se démarquer par son approche volontairement collective. Il est vrai que le jazz est un genre qui porte en lui cette dualité opposant le groupe à l’individualité. De par sa conception même, faite d’improvisation, le jazz nous pousse à toujours porter notre attention sur qui est en train de jouer. D’ailleurs, le communiqué de presse du présent album a beau dire, lui-même déroule les copieux CV d’une belle brochette de jazzmen, histoire de nous montrer que ceux-là non plus ne sont pas des premiers venus. Et voilà, cette fois encore, je laisse gentiment avoir par une photo de pochette qui me promet le mystère et par un titre qui fait de même : « As We Fall », ou tomber dans l’inconnu comme lorsqu’on tombe des nues, sur un os, dans les vapes, amoureux.

Heureusement, je me suis aussi laissé avoir par la musique à travers des compositions du tandem Cuoq/Jambon sublimées par les arrangements du groupe. S’ils revendiquent un apport folk, les jeunes gens déroulent en tous les cas un répertoire fait de ballades sur lesquelles plane l’ombre d’un Michael Brecker (aaah, « The Nearness Of You »), ainsi que de thèmes plus enlevés. L’influence du sorcier chevelu Pat Metheny (aaah, « Offramp ») sur le jeu d’Anthony Jambon est plus qu’évidente, et pourtant c’est un autre magicien, en la personne d’Émile Parisien, qui joue ici à l’invité. Ce dernier vient opposer au lyrisme coltranien du ténor sa légendaire volubile vélocité, faisant mouche sur chacune des trois pièces où il intervient, avec une mention particulière pour Imperfect Circle, pièce charnière de l’album qui aurait presque pu motiver à elle seule ma chronique, tant je l’ai écoutée en boucle depuis quelques temps, hypnotisé et presque possédé par la mélodie autant que les chorus des solistes. Ajoutez à cela une prise de son remarquable et vous obtenez tous les ingrédients nécessaires à des heures d’écoute passionnantes et sans fin (ni faim). Moi c’est de sommeil que je tombe, ZZZZZZ… je n’en ZZZzzz… peux plus, ZZzzzz je vais me cou… Zzzzzz

 

Le trailer de l’album « As We Fall »


10 titres / 53 mn (Jazz&People) – Sortie le 09/09/2016

Romain Cuoq : Saxophone ténor – Anthony Jambon : Guitare – Leonardo Montana : Piano – Florent Nisse : Contrebasse – Nicolas Charlier : Batterie – Émile Parisien : Saxophone soprano

Enregistré par Nicolas Charlier

En savoir plus : www.awake-group.com


2 Comments on “Awake : As We Fall

  1. Extra ! Le trailer est chouette aussi. Il y a de belles images …

    • Je suis d’accord. Beaucoup des belles choses pour lesquelles j’aime le jazz, en tout cas !
      Merci pour ton commentaire, Ilse G.
      😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *