David Byrne : American Utopia


C’EST PAS GAGNÉ !

Pochette de American Utopia par David ByrneL’utopie américaine. Non mais, de qui se moque-t-on ? S’il y a bien un pays, à l’heure actuelle, qui ne semble plus pouvoir faire rêver grand monde, c’est bien l’Amérique, non ? Qu’est-ce qui lui prend, à David Byrne, de donner un titre pareil à son nouvel opus ?

 

Reprenons les choses calmement, avec l’aide de notre ami Robert, toujours de bon conseil. Utopie. Définition 1 : Pays imaginaire où un gouvernement idéal règne sur un peuple heureux. Visiblement, on est loin du compte, pour l’instant. Que Donald ait remplacé Mickey dans l’imaginaire collectif ne fait pas encore des États-Unis un monde de dessin animé.

Définition 2 : Plan d’un gouvernement imaginaire, à l’exemple de la République de Platon. Un plan, quel plan ? Définition 3 : Idéal, vue politique ou sociale qui ne tient pas compte de la réalité. Dans ce sens là, ça commence à coller. Mais, en fait, David Byrne nous parle d’autre chose. Il n’est pas naïf au point de nier les aspects sanglants de la construction américaine. Mais il refuse de laisser tomber. Dans ce disque, le cynisme lui paraît un prix trop cher à payer. L’utopie américaine, en l’occurrence, est encore à inventer, et il n’est pas question de baisser les bras, ce qu’il s’emploie à démontrer au fil des dix chansons de son dernier album, bien entouré, comme à l’accoutumée. Avec la participation (discrète, pour cette fois) du vieux complice Brian Eno. Des chansons classiques, mais solides, qui rappellent que la « tête parlante » qu’il a été est toujours en phase avec la réalité. Et puis, il y a une certaine forme de courage dans le titre de cet album. Quel rocker français oserait appeler son disque « Utopie Française » ? Ça sonne tout de suite comme le titre d’un essai de Valéry Giscard d’Estaing, non ? « It’s not easy, but music helps » nous dit-il dans les notes de pochette. Il n’empêche, c’est pas gagné.

 

This Is That, titre emblématique


10 titres / 37 mn (Todomundo) – Sortie le 09/03/2018

David Byrne : Guitares, voix, claviers – Thomas Bartlett : Piano, mellotron – Brian Eno : Programmations, vocoder – Rodaith McDonald : Claviers – Jam City : Batterie – Jaakkö Savolainen : Basse – …

En savoir plus : www.davidbyrne.com


One Comment on “David Byrne : American Utopia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.