Arctic Monkeys : AM


THÉ OU SODA ?

Pochette de AM par Arctic MonkeysAucune difficulté à choisir pour moi, je n’aime pas le thé. Mais qu’en est-il des sujets de Sa Majesté ? Nombreux sont les groupes britanniques à rêver d’outre-Atlantique ou à mener une relation trouble avec le Nouveau Monde.

 

Des Beatles aux Rolling Stones en passant par Led Zeppelin, même les plus grands ont toujours su l’incroyable potentiel que représentait l’Amérique pour eux, en terme de carrière. Lorsqu’on demande à Alex Turner la raison pour laquelle son groupe et lui ont quitté la morose Sheffield pour s’installer tous les quatre en Californie, le leader qui a la banane (dans tous les sens du terme) lâche une réponse pour le coup d’une légèreté désarçonnante : le soleil bien sûr ! Et à bien y écouter, l’influence du soleil américain est en effet ici indéniable sur la musique des quatre singes venus du froid. On assiste à la rencontre passionnante entre rock anglais, au songwriting et à l’accent fins, et influences de la musique américaine, tendance black. Les rythmiques teintées de soul, voire de rap, transpirent le lourd, hypnotisant dès les premières minutes mes oreilles curieuses.

Là où les Arctic Monkeys sont très forts, c’est dans leur capacité à obtenir un mélange équilibré, et à renouveler leur style sans heurts pour offrir un cinquième album absolument réjouissant. Fidèles au label anglais Domino (qui décidément me réjouit les tympans en cette rentrée chargée, de Franz Ferdinand à Anna Calvi), ainsi qu’à leur cercle d’amis habituel (on retrouve Bill Ryder-Jones à la guitare sur Fireside, le batteur Pete Thomas sur Mad Sounds pour pallier au bras cassé de Matt Helders, et bien entendu le pote de toujours Josh Homme – échappé de ses Queens Of The Stone Age – aux chœurs sur Knee Socks), les quat’ zamis semblent réussir là où d’autres pointures ont assez lamentablement échoué dernièrement (demandez-moi en privé, je balance) : se remettre en question pour avancer et se faire une place… au soleil (de Californie, et voilà la boucle bouclée). Allez, vu l’heure je vais finalement prendre un café.

 

La vidéo officielle du single Why’d You Only Call Me When You’re High


12 titres / 41 mn (Domino) – Sortie le 09/09/2013

Alex Turner : Voix, guitares – Jamie Cook : Guitares – Nick O’Malley : Basse, choeurs – Matt Helders : Batterie, choeurs – Bill Ryder-Jones : Guitare – Josh Homme : Choeurs – Pete Thomas : Batterie

Produit par James Ford & Ross Orton

En savoir plus : www.arcticmonkeys.com


4 Comments on “Arctic Monkeys : AM

  1. Pingback: KISSINMAS : Definitely | LesVeillesMusicales

  2. Pingback: KAISER CHIEFS : Education, Education, Education & War | LesVeillesMusicales

  3. Pingback: SPECTRALS : Sob Story | LesVeillesMusicales

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.