Gavin Bryars : Adelaide Town Hall


BACH, GUTENBERG ET LES ABEILLES

Pochette de Adelaide Town Hall par Gavin BryarsAvec des si… Si Bob Dylan avait été facteur, si Donald Trump avait été président des États-Unis, si Jean-Sébastien Bach avait été apiculteur… Cette dernière hypothèse, c’est, curieusement, le compositeur estonien Arvo Pärt qui la pose (dans If Bach had been a Beekeeper).

 

Pour ceux qui ne connaissent le compositeur que par ses œuvres plus (légèrement) tardives, comme Fratres, Tabula Rasa ou In Memoriam Benjamin Britten, où le sens de l’humour semblait largement optionnel, cela a de quoi surprendre. En l’occurrence, quand Bach s’occupe d’abeilles, les cordes font « bzzz ». Pour le reste de cet album, enregistré pendant l’Adelaide International Festival de 2015, on baigne plutôt dans une atmosphère wagnérienne, notamment dans le Lento d’Howard Skempton et The Porazzi Fragment de Gavin Bryars qui, présent comme compositeur, joue ici aussi le rôle de chef d’orchestre. Les deux dernières pièces sont extraites du troisième opéra du compositeur anglais, G, qui tourne autour de Johannes Gensfleisch, que les gens normaux connaissent sous le nom de Gutenberg.

Ces deux pièces vocales (brillamment interprétées par la soprano Anna Fraser et le baryton Alex Knight), où l’on retrouve le sens mélodique très particulier de Gavin Bryars (déjà exploité dans ses livres de madrigaux), ajoutent un énième personnage à la galerie de références dont le compositeur est si friand. Les amateurs auront déjà rencontré, entre autres, Emmanuel Kant ou Thomas de Quincey, dans des œuvres plus anciennes. L’album est sorti sur le label de Gavin Bryars, BCGB, et, comme à l’accoutumée, les notes de pochette sont du compositeur. Il réussit à y caser Wagner, Satie, Haydn, Beethoven, Strauss, Bach… Gavin Bryars parle peu de lui mais, au fil des années, la toile de fond que dessinent ses multiples citations ressemblent fort à un autoportrait. « Un homme fait le projet de dessiner le Monde. Les années passent : il peuple une surface d’images de provinces, de royaumes, de montagnes, de golfes, de navires, d’îles, de poissons, de maisons, d’instruments, d’astres, de chevaux, de gens. Peu avant sa mort, il s’aperçoit que ce patient labyrinthe de formes n’est rien d’autre que son portrait. » (Jorge Luis Borges)

 

Le premier titre de l’album


5 titres / 53 mn (GB Records) – Sortie le 16/09/2016

Anna Fraser : Soprano – Alex Knight : Baryton – Gavin Bryars : Direction d’orchestre – Adelaide Symphony Orchestra

Pour en savoir plus : www.gavinbryars.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *