Electric Universe : 20


CLICHÉ D’UN UNIVERS PSYCHÉLECTRIQUE

Pochette de 20 par Electric UniverseQuelque part dans les Pyrénées orientales, un midi d’été 2017. Le soleil est au firmament. Des chevaux sauvages s’ébrouent sur les flancs des collines. Assagie par des mois de sécheresse, l’herbe haute virevolte sans panache lors des rares percées de mistral, tandis que la faune semble suspendue au moindre gré du vent.

 

Soudain une bourrasque de basses torrides souffle sur la terre aride… Mais… quelles sont ces formes multicolores qui s’agitent au loin ?… Des hippies ! Des centaines, des milliers de hippies ! Qui viennent perturber la tranquillité de nos voisins ! … Oui, bon. Il est vrai que, dans les revivals 2017 de Woodstock que sont les festivals psytrance ou psydubil n’est pas exclu de croiser des individus en costume d’Adam le son va un peu fort. Mais les adeptes de festivals psychédéliques ont déjà adopté les gestes écologiques qui consistent, entre deux gros smiles aux enceintes, à mettre leurs mégots de toute substances dans des cendriers portatifs, à boire leur pastis dans des gobelets recyclables ou encore à faire leurs besoins dans des toilettes sèches (gageons sans crainte que l’engrais ainsi récupéré contribuera à la fertilité chimique des sols bénéficiaires…). Mais je ne suis pas ici pour parler de la renaissance culturelle des hippies. Ni de la teneur en acide des plantes occitanes…. Par contre on pourrait parler des lignes furieuses d’acid (je parle de musique bien-sûr !) légèrement distordues, ou des rafales de trance-rock énergiques, qui font le sel d’Electric Universe…

En 2014, le Hambourgeois Boris Blenn fête donc ses vingt ans de carrière avec la sortie de sa compilation « 20 ». On pourrait s’arrêter sur le genre revendiqué dans ce double-album, la goa – qui tire son nom d’un Etat en Inde – dont la procession de boucles de synthés et les rythmes 4/4 m’ont fait succomber au plaisir d’écumer ces drôles de festivals (mais leurs toilettes propres… ah ! Quel plaisir aussi !)… Mais où en étais-je ?… Je disais donc que la présence de « petits » ou « grands » artistes comme Electric Universe – au même titre que l’entretien de ces lieux de détente par excellence ! – est un gage de mon respect envers ces rassemblements de musique tribale et/ou méditative. Dans l’œuvre d’Electric Universe comme dans ses live, les tourbillons psychédéliques de sons synthétisés à la Astral Projection s’emmêlent tantôt avec des climax et des riffs épiques, tantôt avec des tonalités carrément hypnotiques de style acid, ambient ou deep-trance, tantôt tout cela en même temps… Bon, je vais finir par l’avouer : je suis moi-même un cliché sur pattes. J’aime taper du pied sur la terre aride, serpenter sur le dancefloor, soulever des nuages de poussière, et aller rendre visite aux fleurs des montagnes du sud de la France… J’aime les étés psytrance !

 

L’audio de Electronic Pulsation


20 titres / 146 mn (Dacru Records) – Sortie le 05/11/2014

Boris Blenn : Tous instruments, composition – Bert De Decker : Artwork

Produit par Boris Blenn

En savoir plus : www.electricuniverse.eu


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *